En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

#NowYouKnow : des influenceuses encouragent les jeunes filles à se lancer dans les sciences

Le milieu des sciences est un domaine où les préjugés sexistes ont la peau particulièrement dure. Pour encourager les jeunes filles à poursuivre des carrières scientifiques, la fondation L’Oréal lance une campagne d’un genre inédit mélangeant influenceuses et jeunes femmes scientifiques.

En 2014, la fondation L’Oréal a lancé le programme Pour les filles et la science, en partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale. Le but : encourager les filles à poursuivre des carrières scientifiques. Elles sont en effet singulièrement absentes du domaine des sciences : d’après un rapport de l’Unesco publié en 2015, si les classes scientifiques au lycée sont composées de filles à 49 %, seuls 28 % des chercheur·e·s sont des femmes.

Fin septembre, les résultats d’une enquête Ipsos faite pour Sciences et Avenir et La Recherche a alerté sur les préjugés des Français : pour 34 % des personnes interrogées, "le cerveau masculin est différent du cerveau féminin, ce qui explique que les hommes aient plus d’aptitudes dans les matières scientifiques".

La méconnaissance des métiers scientifiques

Claudine Hermann, physicienne et première femme à avoir été professeure à l’École polytechnique, analyse pour Sciences et Avenir :

"Il s’agit d’un problème culturel. Par exemple, en Italie on compte jusqu’à 60 % de femmes dans les filières mathématiques, alors qu’elles ne sont pas plus de 20 % en France."

Les stéréotypes sexistes sur les sciences sont donc bien ancrés en France, mais la bonne nouvelle est que, selon l’enquête, plus de neuf personnes sur dix sont favorables à des mesures renforçant la présence des femmes dans les métiers scientifiques, comme le rapporte La Recherche.

La fondation L’Oréal y travaille justement. Cent ambassadrices de la Science se rendent ainsi chaque année dans les collèges et lycées de France pour déconstruire les préjugés empêchant les jeunes filles de poursuivre une carrière scientifique selon l’organisation. En cause, une méconnaissance de ces métiers, vus comme étant ennuyeux, solitaires et difficilement conciliables avec une vie personnelle. Les jeunes filles souffriraient également d’un manque de confiance, et imagineraient ne pas avoir les capacités nécessaires pour ces professions considérées comme masculines.

Des rencontres inspirantes entre des influenceuses et des femmes scientifiques

Pour lutter contre ces préjugés à grande échelle, la fondation lance ce 12 octobre la campagne digitale #NowYouKnow. Le but est d’encourager les filles de 13 à 18 ans (et donc préparant leur orientation) à se projeter dans des carrières scientifiques, en déconstruisant les préjugés entourant les sciences et en leur montrant, pour ce faire, des femmes scientifiques inspirantes.

Le format choisi est intéressant : la campagne se décline en six vidéos, diffusées à raison d’une tous les 15 jours, et faisant se rencontrer à chaque fois une influenceuse à l’univers bien défini et une jeune scientifique. Une façon de toucher les jeunes filles grâce à leurs modèles féminins, qui participent bénévolement au projet.

Le premier épisode sorti ce 12 octobre mélange sciences et musique avec deux passionnées : la chanteuse, youtubeuse et comédienne Lola Dubini et la scientifique Jimena Royo-Letelier, qui élabore des algorithmes d’analyse musicale pour une plateforme de streaming.

Cette dernière explique comment elle fait en sorte que la plateforme propose des morceaux adaptés à chaque auditeur et auditrice. Et plus largement, en quoi la musique et la science sont étroitement liées, la première optimisant la seconde (acoustique des salles, mp3, technologies permettant la meilleure écoute possible…).

Cela semble avoir déjà changé la vision qu’avait Lola Dubini des sciences, puisqu’elle explique : "Si j’avais su que ce serait grâce aux mathématiques que j’allais découvrir tous les jours de nouveaux artistes sur la plateforme de streaming, j’aurais davantage écouté en classe !"

Cette rencontre est également l’occasion de parler de la prédominance des hommes dans les métiers scientifiques, et de personnifier le fait que les filles n’ont rien à leur envier et ont tout autant de capacités qu’eux. Vu les premiers commentaires élogieux publiés sous la vidéo, la mission est réussie.