En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Au nom de la nostalgie, Sega va lancer une Mega Drive Mini

Après les succès des consoles miniatures de Nintendo, Sega se lance à son tour dans le business du rétrogaming avec une Mega Drive de poche. Mouais.

(© Sega)

Il y a quelques décennies de cela, à l’orée des années 1990, le monde des consoles de salon ne se résumait qu’à deux noms : Nintendo ou Sega. Choisir l’un ou l’autre, dès le plus jeune âge, revenait à acheter un PC ou un Mac, s’enticher d’une équipe de foot ou privilégier le skate aux rollers : en fonction de la décision prise, on s’enfonçait dans une culture spécifique, mettant de côté (et dénigrant souvent) le camp d’en face.

S’il serait illusoire, en 2018, de vouloir départager les deux mastodontes des consoles à l’aune des seules caractéristiques de jeu, le temps, ce grand arbitre, s’en est néanmoins chargé pour nous tous, déclarant Nintendo vainqueur et condamnant Sega au purgatoire des constructeurs.

Mais puisqu’il semble écrit que les marques de notre enfance sont vouées à s’extirper des égouts de l’oubli, mues par les forces conjointes de la nostalgie et du profit, Sega va lancer une version miniaturisée de son plus grand succès commercial, la Mega Drive, sortie… en 1988. Si le concept vous semble familier, c’est normal, Nintendo l’a déjà fait une première fois avec la Nes Classic Mini, sortie en 2016 et écoulée à près de 100 000 exemplaires, avant de remettre le couvert à Noël dernier avec la SNES miniaturisée, qui s’est elle aussi vendue comme des petits pains électroniques en trouvant place sous le sapin des trentenaires en mal de nostalgie vidéoludique.

Un précédent plutôt raté

L’adulescent moderne, doté d’un pouvoir d’achat d’adulte et d’un comportement de consommation d’enfant, étant un filon de premier choix, il n’y a rien d’étonnant à voir que Sega, avec deux ans de retard, se lance donc à son tour dans le marché de la mini-console-16-bits-trop-mignonne-qui-nous-rappelle-notre-enfance. Nom de code : Mega Drive Mini. Date de sortie encore inconnue.

Tout ce que Sega a consenti à annoncer, à l’occasion du Sega Fes 2018, c’est que la console portable sortirait pour fêter les 30 ans de la machine originelle (vendue à 40 millions d’exemplaires, tout de même), soit dans le courant de l’année, avec une priorité donnée au marché japonais. La SNES Classic Mini étant désormais vendue autour des 70 euros, on imagine que la concurrente de Sega sera dans la même gamme de prix.

Finalement, comme le rappelle Numerama, la seule véritable info qui émane de cette annonce n’est pas des plus rassurantes puisque l’on apprend que la conception du produit a été confiée à AtGames, une entreprise qui s’était déjà distinguée en commercialisant la Sega Genesis Flashback, en octobre 2017. Une première tentative de concurrence des mini consoles Nintendo qui s’était révélée peu concluante, tant la qualité du matériel, de l’interface graphique et des jeux émulés était décevante, surtout en comparaison des NES et SNES Mini Classic.

Bref, AtGames et Sega vont devoir s’accrocher pour aller contester la supériorité de Nintendo sur ce marché, d’autant qu’on ignore encore quel sera le catalogue de jeux proposé aux nostalgiques. Sinon, pour éviter les désillusions, un petit tour en brocante suffit à se procurer une bonne vieille Mega Drive d’époque.

Science, tech, culture numérique et galéjades. Internet est mon église.