En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

New York remplace ses cabines téléphoniques par des bornes wifi

Les bonnes vieilles cabines téléphoniques de New York vont progressivement devenir des bornes wifi qui permettront aussi aux citadins de recharger leur téléphone.

Quand avez-vous utilisé une cabine téléphonique pour la dernière fois ? Quand avez-vous utilisé Internet pour la dernière fois ? Voilà.

La ville de New York commence à se débarrasser de ses cabines téléphoniques – restées en place par pure nostalgie – et opte pour une alternative pragmatique : des bornes qui permettent de charger son téléphone, offrent un accès à Internet et donnent aussi la possibilité de passer des appels gratuits.

 

Traduction : "Les New-Yorkais et les touristes venus visiter  New York pourront bientôt avoir accès à du wifi gratuit, charger leur smartphone et passer des appels sans frais, tout cela grâce à une borne Link. Comme c’est excitant !"

L’entreprise LinkNYC est derrière ce projet qui coûtera 200 millions de dollars. En plus des 6 000 cabines téléphoniques remplacées, d'autres bornes de presque 3 mètres de haut seront installées. Il devrait y en avoir 7 500 au total.

Chaque borne donnera accès au wifi avec un débit pouvant grimper jusqu’à 1 000 mégabits par seconde dans un rayon de 120 mètres.

Comme on peut s’y attendre, ces bornes seront plus nombreuses dans le quartier de Manhattan. Mais le site de LinkNYC indique que les New-Yorkais en trouveront dans les cinq quartiers de la ville ainsi que dans quelques stations plus éloignées comme le terminus Rockaway, situé à presque 40 kilomètres du cœur de Manhattan.

Les deux premières bornes, installées sur la 3e avenue, au croisement des 15e et 17e rues, seront opérationnelles dès mi-janvier. Les autres devraient être mises en place progressivement au cours des dix prochaines années.

Traduit de l’anglais par Hélaine Lefrançois