Leonardo DiCaprio se bat pour sauver les marsouins du Pacifique avec le président mexicain

Leonardo DiCaprio et le président du Mexique, Enrique Peña Nieto, ont signé un accord historique pour tenter de sauver les marsouins du Pacifique, dont il ne resterait plus que 30 spécimens.

Le marsouin du Pacifique – également appelés "vaquita" –, l’espèce de cétacés la plus petite et la plus rare du monde, est grandement menacé. Leur nombre a en effet chuté de 90 % en six ans, si bien qu’avec seulement 30 spécimens encore en vie dans le golfe de Californie (situé à l’ouest du Mexique), ils pourraient disparaître d’ici 2018. En cause : les filets dérivants ou abandonnés destinés à capturer d’autres espèces, mais dans lesquels ils se retrouvent prisonniers avant de mourir étouffés.

En 2015, le président mexicain, Enrique Peña Nieto, avait étendu la zone protégée dans laquelle vivent ces mammifères marins et interdit les filets dérivants sur 13 000 kilomètres carrés pendant deux ans. Une mesure insuffisante selon les ONG, pour lesquelles seul un abandon total des filets maillants et des chaluts à mailles fines pourrait sauver ce marsouin au long terme.

Un accord historique

Face à l’impasse de la situation, Leonardo DiCaprio est intervenu au nom de sa fondation de protection de l’environnement et a convaincu le président et le milliardaire mexicain Carlos Slim d’interdire de façon permanente ces filets dans la partie nord du golfe de Californie. Ils ont donc tous les trois signé un accord historique ce mercredi 7 juin afin de sauver l’espèce au bord de l’extinction. La Fondation Leonardo DiCaprio ainsi que celle du milliardaire Carlos Slim s’engagent ainsi main dans la main à financer d’autres méthodes de pêche dans la région plus durables.

L’accord prévoit également l’amélioration des efforts pour lutter contre la pêche illégale et le braconnage des poissons totoaba à l’aide de ces filets. Ce qui passe par l’interdiction de la pêche nocturne dans la zone nord du golfe où se situe la réserve des marsouins, ainsi que le renforcement du contrôle des points d’entrée et de sortie de cette grande zone de pêche par l’intermédiaire d’inspecteurs certifiés.

"Cette action est un pas décisif pour assurer que le golfe de Californie continue d’être à la fois dynamique et fécond, en particulier pour des espèces en danger critique d’extinction comme le vaquita", a déclaré Leonardo DiCaprio. Un accord qui a été vivement salué par les ONG de protection des océans, dont le WWF et Sea Shepherd.

À lire -> Leonardo DiCaprio, l’icône écolo qui nous fait du bien