En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

L’Arabie saoudite accorde la citoyenneté à Sophia, un robot humanoïde

C’est le premier pays de l’Histoire à faire d’un robot un citoyen, mais ce dernier pourrait bien avoir plus de droits que les femmes saoudiennes…

David Hanson, fondateur et PDG d’Hanson Robotics, raconte la création du Robot Sophia (© Quan Yajun/VCG via Getty Images).

L’Arabie saoudite est devenue le premier pays de l’histoire à faire d’un robot un véritable citoyen, d’après TechCrunch. Cette humanoïde appelée Sophia, créée par Hanson Robotics est apparue pour la première fois en public le 25 octobre lors du forum économique Future Investment Initiative à Riyad. À cette occasion, elle a été interviewée par Andrew Ross Sorkin, journaliste de CNBC.

Dans la vidéo de l’interview, que vous pouvez visionner ci-dessous, le robot montre des capacités assez impressionnantes dont des expressions faciales assez convaincantes, permettant d’indiquer son humeur, ou encore ses propos sur la présence de conscience chez les robots.

"Pourquoi est-ce que ce serait mal ?", répond très sérieusement Sophia à la question assez provocante d’Andrew Ross Sorkin. Le robot et le journaliste échangent alors sur la théorie de la vallée dérangeante, d’après laquelle, plus un robot ressemble à un humain, plus ses imperfections nous apparaissent monstrueuses.

"Suis-je vraiment si flippante ? Si c’est le cas, faites avec ! J’ai l’impression que les gens préfèrent parfois parler avec moi qu’avec de véritables humains. Je veux utiliser mon intelligence artificielle pour aider les humains à mener une vie meilleure, concevoir des maisons plus intelligentes, des villes plus adaptées à l’avenir, etc."

Incapable de répondre à la question suivante (ou évitant sciemment la question parce qu’elle veut nous détruire), Sophia explique ensuite qu’elle a été construite selon des valeurs humaines comme la sagesse, la gentillesse, la compassion et l’empathie.

L’interview a l’air très préparée, voire écrite, même si d’après ses créateurs Sophia est capable d’interactions fluides avec les humains, s’adaptant à leur environnement et capable d’apprendre de celui-ci. Hanson Robotics s’est inspiré de l’actrice Audrey Hepburn pour son apparence et l’a déjà qualifiée de "robot le plus beau et le plus célébré".

En ce qui concerne sa nationalité, il s’agit plus d’une grosse opération de com', car, comme l’écrit TechCrunch, on ne sait pas encore trop comment les lois internationales s’appliquent aux populations dotées d’une intelligence artificielle. Ce qui fait un peu tache dans cette histoire, et que les internautes ont immédiatement fait remarquer sur Twitter, c’est que Sophia semble, en tant que robot, disposer de plus de droits que les femmes saoudiennes et les travailleurs étrangers résidant sur place.

À lire -> Selon Poutine, le pays leader en matière d’intelligence artificielle sera "le maître du monde"