En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Facebook censure La Petite Sirène de Copenhague pour cause de nudité

La photo de la statue de bronze de la Petite Sirène à Copenhague a été censurée sur Facebook pour sa prétendue "connotation sexuelle".

La statue de la Petite Sirène  sur un rocher du port de Copenhague.

La statue de la Petite Sirène sur un rocher du port de Copenhague.

On connaissait déjà les polémiques autour de Facebook et sa manière de censurer la nudité, surtout lorsqu'il s'agit d'une poitrine féminine, mais le dernier exemple en date est certainement le plus absurde de tous. En effet, une photo de la fameuse statue de bronze représentant la Petite Sirène, à Copenhague, photographiée par des millions de touristes chaque année, a été temporairement supprimée de Facebook pour cause de nudité, rapporte le Telegraph.

La députée sociale-démocrate danoise Mette Gjerskov n'avait sûrement pas imaginé qu'en postant une photo d'un des emblèmes de son pays, inspiré du conte d'Andersen, elle allait subir une mesure aussi extrême de la part du réseau social le plus populaire au monde :

"La Petite Sirène est trop dénudée pour Facebook. [...] Je n’aurais jamais pensé qu’un trésor national serait considéré sur le même plan que la pédopornographie ou ce genre d'abomination."

Ce n'est pas la première fois qu'une œuvre d'art est censurée sur Facebook pour cause de nudité. La publication d'un image du plus célèbre tableau de Gustave Courbet, L'Origine du monde, avait carrément entraîné la suppression du compte Facebook d'un passionné d'art en 2011. On ne peut pas s'empêcher de se demander si cette politique draconienne serait appliquée de la même manière à une photo du Manneken-Pis ou à celle d'une statue d'un quelconque dieu grec...

Hat og briller - eller noget. Ved ikke helt hvad jeg skal sige (og det er sjældent), så her kommer lige en opdatering på...

Posté par Mette Gjerskov sur dimanche 3 janvier 2016