En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

L’horloge de l’apocalypse vient de nous rapprocher dangereusement de la fin du monde

Deux minutes seulement nous séparent de la fin du monde. Oups.

Illustration, quelque peu alarmiste il est vrai, tirée du film Armageddon. (© Buena Vista Distribution)

Depuis 1947, plusieurs scientifiques se coltinent une tâche pas marrante du tout : avertir le grand public du temps qu’il reste d’ici la fin du monde. Plutôt que de nous abreuver de courbes et de schémas, ces analystes de la fin des temps – parmi eux, 15 prix Nobel – ont opté pour un outil bien plus visuel : la métaphore.

Chaque début d’année, le Bulletin of the Atomic Scientists ("bulletin des scientifiques atomiques") annonce le nombre de minutes qui nous séparent de la fin du monde à l’aide d’une horloge symbolique appelée "doomsday clock", minuit correspondant à l’échéance. Et les nouvelles en ce début d’année 2018 ne sont pas très bonnes, puisque nous ne sommes qu’à deux minutes de la fin du monde. Ce score déprimant n’avait été atteint qu’une seule fois en 1953, au paroxysme de la guerre froide.

Pour prédire la fin de l’humanité, les scientifiques prennent en compte les deux phénomènes qui menacent de façon crédible notre survie : la possibilité d’une guerre nucléaire et le réchauffement climatique.

Selon eux, 2018 serait un mauvais cru pour les raisons suivantes :

  • La menace de guerre atomique entre les États-Unis et la Corée du Nord est vivace – il suffit de se rappeler des escalades rhétorico-testostéroniques entre Donald Trump et Kim Jong Un sur Twitter.
  • La course à l’armement s’accélère dans d’autres régions du monde.
  • Les émissions de CO2 ont augmenté et la sortie des États-Unis de l’accord de Paris n’arrange rien au problème du réchauffement climatique.
  • Si le compte rendu officiel du Bulletin ne le cite pas nommément, on comprend que l’arrivée de Trump au pouvoir a, de manière générale, dramatiquement fait chuter l’état de la diplomatie dans le monde.

Nous sommes donc à 15 longues minutes de l’année où les membres du Bulletin étaient les plus optimistes, en 1991, à la toute fin de la guerre froide. L’humanité disposait alors de 17 minutes avant la fin du monde. Les autres pronostics, année par année, sont consultables ici.

La doomsday clock, peu connue en Europe, s’est taillé une belle notoriété dans la culture anglo-saxonne, comme avec le célèbre morceau "2 Minutes to Midnight" (plus que jamais d’actualité pour 2018, donc) d’Iron Maiden, ou l’interprétation version super-héros de DC Comics.

slash, tech et médias.