En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Hopaal revient avec le "pull du futur" entièrement fabriqué à partir d’anciens vêtements

La start-up éco-consciente Hopaal revient avec "le pull du futur", 100 % recyclé et 100 % "made in France".

Il y a un an, nous vous parlions de Clément et Mathieu et de leur marque de vêtements éco-consciente Hopaal, financée grâce à KissKissBankBank. Leur idée : bousculer le secteur du textile - deuxième industrie la plus polluante derrière celle du pétrole - en produisant des vêtements (T-shirt, débardeurs, sweat, pull…) 100 % recyclés, grâce à un système de récupération de chutes de tissu et de bouteilles en plastique.

Les deux Toulousains nous reviennent cet automne avec une sape de saison : le pull dit "du futur", entièrement fabriqué à partir d’anciens vêtements. Un rendu moelleux grâce à une maille aérée en nid d’abeille, doux et chaud pour passer l’hiver. Alors, avant de vous ruer chez nos amis de la fast fashion industry, patientez encore quelques jours, le temps de l’ouverture des précommandes des pulls Hopaal.

S’habiller sans exploiter la planète

Face au dilemme de la sape qui pollue, exploite les ressources (notamment l’eau et le coton) mais aussi les hommes, Hopaal fait le vœu de transparence absolu : "Aucune matière n’a été piochée et ne sera piochée dans les réserves de la planète pour confectionner nos vêtements", vêtements par ailleurs confectionnés en France. De façon à prouver que tout est possible : s’habiller bien, sans laisser d’empreinte sur la planète ni exploiter les autres et tout en créant de la richesse et des emplois. Pour rappel, nous ne portons que 30 % des vêtements que nous possédons, et chaque Français jette en moyenne 12 kg de vêtements par an.

Résultat, le "pull du futur" ne consomme que 50 litres d’eau pour être fabriqué contre 7 700 litres pour un pull classique (oui, oui…), n’utilise aucun produit chimique contre une moyenne de 320 grammes pour un pull normal et zéro pesticide contre 14 grammes en moyenne pour un pull sorti d’usine. Pas de culture de coton, ni de teinture ou procédé chimique : une équation qui porte à 98 % les économies en énergie, en eau et en CO2 par pull. De plus les ateliers de confections sont localisés en France avec à la clef la réduction des distances et la valorisation de l’économie locale dans de multiples secteurs : design, collecte, tri, recyclage, confection et livraison.

Comment est fabriqué le pull du futur ? (© Hopaal)

Cerise sur le gâteau, vous pouvez faire le choix de reverser 10 % des bénéfices de vos achats à des actions sociales ou environnementales. Depuis un an, cette méthode a permis de transplanter 40 coraux en Indonésie, débarrasser 15 tonnes de déchets des Alpes françaises, ou encore d’aider trois micro-entrepreneurs. Un cercle vertueux qui montre la voie, en prouvant qu’il n’y a pas de fatalité à détruire l’environnement et que la consommation peut être - mieux que simplement raisonnée - sans aucun impact négatif sur la planète. Le genre d’initiative qui permet d’être fier de la génération Y qui se bouge, trouve des solutions et fait avancer le monde dans le bon sens.

Plus d’infos sur leur site, leur page Facebook et en inspiration sur Instagram.

Lire aussi -> Vidéo : 6 minutes pour prendre conscience de l’impact environnemental d’un T-shirt