En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Une compagnie aérienne finlandaise veut peser ses passagers avant chaque vol

Les embarquements avants les vols de la compagnie aérienne finlandaise ressemblent désormais à des visites médicales.

(© Finnair, via Facebook)

On connaissait déjà les abus des compagnies aériennes faisant du low cost : le traitement des employés, la multiplication des coûts cachés, sans oublier la vidéo choquante d’un homme traîné hors d’un avion surbooké aux États-Unis.

Alors que la méfiance envers certaines compagnies aériennes grandit, Finnair a commencé le 1er novembre à peser ses passagers avant chaque embarquement. Selon le journal Metro, il s’agirait d’un moyen pour l’entreprise de déterminer le poids moyen de ses clients.

Se fondant sur le volontariat, cette initiative se justifierait par le fait que la compagnie équilibre ses avions (le nombre de passagers autorisés, la quantité de fuel consommée et les normes de sécurité appliquées) en se référant aux estimations de l’Agence européenne de sécurité aérienne, qui sont vieilles de huit ans.

Or, si l’on se fie aux dernières données publiées par l’Organisation mondiale de la santé, le poids moyen des Finlandais a depuis augmenté d’environ un kilo pour les hommes et de quatre pour les femmes. Un changement qu’il faudrait prendre en considération.

On n’a pas besoin de ça pendant ses vacances

Cela pourrait presque sembler raisonnable, si l’on mettait de côté le fait que les clients de Finnair vont donc payer pour être pesés en public avant de partir en vacances. Je ne sais pas pour vous, mais en ce qui me concerne j’ai déjà tendance à éviter de regarder la balance droit dans les yeux en privé. J’ai donc encore moins envie de le faire en public, la veille de mes vacances qui plus est.

Eh oui, ces quelques jours ou semaines de répit ont pour objectif la détente. Et cela passe par le fait de faire ce que l’on veut, y compris manger et boire sans retenue, en étant débarrassé du stress du quotidien. Il faut bien le dire, notre poids est bien la dernière chose que nous avons envie d’avoir en tête au moment d’embarquer dans un avion.

Rien d’étonnant à ce que le nombre de volontaires qui se sont proposés pour le moment ne soit que de 180, quand Finnair en recherche 2 000.

Les complexes font des ravages

Plus sérieusement, dans une société où nous sommes constamment bombardés d’images de corps minces, épilés et retouchés, le rapport que nous entretenons avec notre corps est souvent problématique, aussi bien pour les femmes que pour les hommes.

Au Royaume-Uni, une étude a par exemple révélé que 75 % des femmes tiennent un discours qui encourage le manque de confiance en soi et une sensation de mal-être. C’est moins que les hommes britanniques, qui sont eux 80 % à être très critiques, notamment envers les "seins masculins" et "les ventres de buveurs de bière".

Le problème des complexes sur nos corps, c’est qu’ils peuvent entraîner des troubles alimentaires. En Finlande, une adolescente sur cinq est touchée par ce phénomène. Toutes les personnes qui sont concernées seront donc probablement très mal à l’aise face à l’initiative de Finnair, qui pourrait avoir un impact psychologique sur elles.

Mais alors pourquoi agir de la sorte ? La compagnie aérienne ne pourrait-elle pas équilibrer ses avions en se fondant sur les données de l’OMS ? Nous avons bien notre petite idée : parce qu’il ne s’agirait alors que d’estimations, d’une précision toute relative.

Selon Päivyt Tallqvist, directrice de la communication de Finnair :

"Cela n’a aucun rapport avec le prix de nos billets ou quoi que ce soit de ce genre."

(© Paivyt Tallqvist)

Traduit de l’anglais par Sophie Janinet