En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Facebook censure les seins nus mais pas les propos racistes

Un photographe allemand dénonce la censure absurde de Facebook qui serait plus tolérante avec les propos racistes qu'avec la nudité, à l'aide d'un cliché qui a rapidement fait le buzz.

3478500970

Dans un même cliché, une femme qui pose topless et un homme qui tient dans ses mains une pancarte avec des propos racistes... En postant cette image provocatrice sur son profil la semaine dernière, le photographe allemand Olli Waldhauer savait très bien qu'elle allait rapidement être censurée par le célèbre réseau social, en témoigne le titre de l'image "L’une de ces personnes viole les règles de Facebook". Cela n'a évidemment pas loupé. Deux heures plus tard, l'image est retirée pour motif de nudité.

En effet, il est bien précisé que “tout contenu montrant la nudité ou à connotation sexuelle n’est pas autorisé“ sur Facebook, une censure que le mouvement Free the nipples - littéralement "libérez les tétons" – dénonce depuis plusieurs années au nom de l'égalité femmes-hommes. Pourtant, à y regarder de plus près, les propos présents sur la pancarte sont clairement haineux : "N'achetez pas chez les métèques", terme péjoratif qui désigne ici les migrants.

Avec cette référence à la propagande nazie qui disait "n'achetez pas chez les Juifs" pendant la Seconde Guerre mondiale, le photographe a voulu pointer du doigt le manque de contrôle de Facebook quant aux propos à caractère raciste et soutenir par la même occasion la libération des tétons. "Je veux que Facebook efface la photo en raison de son contenu (raciste) et non à cause de la nudité”, a confirmé le photographe dans son post.

Sa démarche intervient à l'heure où l'Allemagne accueille des centaines de migrants et où les commentaires acerbes envers les demandeurs d'asile sont toujours plus nombreux sur les réseaux sociaux qui semblent adopter une position laxiste envers ce problème. La preuve : lorsqu' Olli Waldhauer a posté la même photo couvrant une partie de la poitrine de la jeune femme, l'image n'a pas été censurée.