En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Facebook lance "Ask", un bouton pour flirter

Facebook lance "Ask", un nouveau bouton dédié pour demander à un abonné du réseau s'il est célibataire ou pas. Une stratégie futée pour plusieurs raisons.

Apparition du bouton "Ask", sous le renseignement "suivi par" (Crédits image : Mashable)

Apparition du bouton "Ask", sous le renseignement "suivi par" (Crédits image : Brian Hernandez/Mashable)

Ah, Facebook l'intrusif. Parce qu'il considère que les messages privés ne suffisent plus, le plus célèbre des réseaux sociaux a introduit un nouveau bouton intitulé "Ask". Pas encore disponible en France, celui-ci permet d'en savoir plus sur la "situation amoureuse" de votre profil, que vous avez le choix de renseigner ou non.

Selon Mashable, il sera possible de demander à quiconque n'ayant pas rendu public son engagement potentiel... s'il est libre, s'il ne l'est pas, s'il souhaite boire un verre ou si la fidélité est une chose vraiment importante pour lui. On laisse votre imagination faire le reste.

Cette fonction apparaîtra pour les profils qui ont décidé de ne pas renseigner les informations de couple comme "célibataire", "en couple avec...", "marié(e)", etc. Le propriétaire ne verra d'ailleurs pas le bouton "Ask" sur sa propre page.

Drague 2014

Une fois qu'un de vos amis aura cliqué sur "Ask", il vous enverra un message privé dans une boîte dédiée, enjoint par un "Demandez à [un tel] pourquoi vous l'interrogez à propos de sa situation amoureuse". Pas de doute, ce nouveau bouton Facebook vous invite à vous comporter sans équivoque.

Facebook ask

(Crédits image : Brian Hernandez/Mashable)

Une fois la "question" reçue, Facebook vous laissera choisir parmi les situations amoureuses, afin de répondre en privé à cette personne en accompagnant votre message d'une confirmation.

Vous pouvez ainsi confirmer que vous êtes bien célibataire et accorder à votre prétendant(e) le droit de vous draguer... ou bien lui répondre que malgré le fait que cela n'apparaisse pas publiquement sur votre profil Facebook, vous êtes marié(e) depuis six ans, avec PEL et labrador à la clé. Déso.

Facebook : amour vénal

En fait, c'est un changement radical dans la fonction "matrimoniale" du réseau social, désormais pleinement assumée.  Que le premier qui n'a pas dragué par message privé me jette le premier poke. Ici, Facebook essaye même, selon Mashable toujours, de reprendre la main face aux sites de rencontres amoureuses, dont on connaît le succès – et tenter d'enrayer sa perte de vitesse face à sa cible jeune. Mais c'est une des manières les plus futées que la plateforme ait trouvée pour connaître votre situation amoureuse. Facebook vous invite ainsi à la rendre publique par un moyen détourné.

Mais il ne faut pas enquêter longtemps pour comprendre que le réel objectif du réseau pourrait être tout autre. En renseignant ces informations personnelles, les publicitaires adapteront encore mieux leurs messages face à la base de données quasi-infinie collectée en dix années par la firme de Mark Zuckerberg. Pensez-vous vraiment que lorsque vous répondrez à cette personne qui vous demande si vous êtes célibataire, vous serez seuls à connaître l'information ?

Même si la réponse est privée, la compagnie connaîtra aussi la réponse. Et adaptera ses publicités à votre statut. Ah, Facebook, sous couvert de vous permettre de flirter, est en fait un voyeur.

-> À lire : Facebook va lancer son Snapchat

Affreux vilain metalhead incurable, aussi rédac’ chef du webzine Hear Me Lucifer.