En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Expo : Women House, quand la Monnaie de Paris explore le féminin et le domestique

Cet automne, la Monnaie de Paris va mettre à l’honneur les œuvres de quarante artistes femmes dans l’exposition "Women House". Elle explorera les liens entre les femmes et les espaces domestiques, entre emprisonnement et libération.

Marcia Cross dans la série Desperate Housewives © ABC Studios @http://www.allocine.fr/series/ficheserie-221/photos/detail/?cmediafile=18450401

Marcia Cross (Bree Van de Kamp) dans la série Desperate Housewives. (© ABC Studios)

La Monnaie de Paris s’est associée au National Museum of Women in the Arts de Washington D.C. (le seul musée au monde entièrement dédié aux femmes artistes) pour une exposition d’artistes femmes intitulée "Women House". Elle se base sur le fait que les femmes ont longtemps été cantonnées à l’espace domestique, tantôt prison, tantôt refuge. Pour rendre hommage à cette histoire, et en explorer la complexité, quarante femmes artistes des XXe et XXIe siècles vont être exposées dans 1000 mètres carrés de la Monnaie de Paris du 20 octobre 2017 au 28 janvier 2018, avant de se déployer au National Museum of Women in the Arts de Washington D.C. en mars de la même année.

De la "femme-maison" à l’émancipation

L’idée de "Women House" est née il y a sept ans, lors de l’exposition elles@centrepompidou, qui s’est tenue de 2009 à 2011 au Centre Pompidou. Plus de deux cent femmes artistes du vingtième siècle à nos jours y étaient exposées, créant l’événement : c’était "la première fois dans le monde" qu’un musée présentait "ses collections au féminin". Parmi elles, deux grandes artistes femmes contemporaines, Louise Bourgeois et Niki de Saint Phalle, qui s’étaient toutes les deux intéressées à la "femme-maison". Le point de départ d’une recherche qui allait donner naissance à l’un des chapitres de "Women House".

L’exposition est en effet divisée en huit chapitres, qui partent du célèbre essai de Virginia Woolf, Une Chambre à soi, publié en 1929. L’auteure féministe soulignait qu'"il est indispensable qu’une femme possède quelque argent et une chambre à soi si elle veut écrire une œuvre de fiction", une chambre qu’on puisse "fermer à clé sans être dérangé[e]". Une appropriation de l’espace domestique qui permet à "Women House" de retracer presqu’un siècle de l’histoire des femmes, telle que des artistes l’ont exprimé grâce à différentes pratiques artistiques, entre enfermement et construction de l’identité, ou encore exil et refuge. Les quarante artistes viennent de quatre continents différents, et si certaines sont mondialement connues (comme Claude Cahun, Niki de Saint Phalle, Cindy Sherman…), d’autres ont été découvertes plus récemment (Heidi Bucher, Ana Vieira…). L’exposition s’annonce donc monumentale et résolument féministe — mais pas seulement. Elle est également annoncée comme politique et poétique, pour un traitement large et complet des liens entre les femmes et leurs domiciles.

L’exposition "Women House" s’installera du 20 octobre 2017 au 28 janvier 2018 à la Monnaie de Paris. Plus d’infos ici.