États-Unis : DoNotPay, l'appli qui permet d'attaquer en deux-deux n'importe qui

Disruption citoyenne, mode d’emploi.

© DoNotPay

L’application DoNotPay donne la possibilité à qui veut d’attaquer une organisation dans les "cours de petites créances", des tribunaux qui permettent aux États-Unis et au Royaume-Uni de demander des sommes d’argent limitées (25 000 $ maximum aux États-Unis). Si l’histoire paraît un poil dystopique, c’est pourtant loin d’être le cas, explique Motherboard.

Et la marche à suivre est extraordinairement simple :

  1. Appuyer sur le gros bouton "Attaquer en justice"
  2. Renseigner son nom et son adresse
  3. Déclarer le montant que l’on veut faire cracher à l’adversaire
  4. Sélectionner l’un des 15 motifs du recours
  5. Renseigner quelques dates
  6. Renseigner le nom et l’adresse de la personne poursuivie
  7. Envoyer un recommandé à l’organisation poursuivie
  8. Se pointer le jour du procès
  9. LIRE LE SCRIPT GÉNÉRÉ PAR L’IA !!!

Oui, c’est bien cette dernière partie qui est la plus étonnante et mérite tant de majuscules. L’IA, qui repose sur les algorithmes de Watson, développés par IBM, permet au plaignant de plaider sa cause sans l’aide d’un avocat. D’où le côté non-dystopique : DoNotPay affirme que son système permet à ceux qui n’en ont pas les moyens de se rendre dans les tribunaux (et, par la même occasion, d’être conscients de leurs droits).

Le service est, pour le moment, entièrement gratuit. Les fonds proviennent de dons et d’investisseurs privés. À terme, certaines options pourraient devenir payantes.

Si la possibilité d’attaquer n’importe quelle organisation est toute fraîche, l’appli, elle, ne l’est pas. Elle permettait, au départ, de contester ses amendes de stationnement. Elle s’est ensuite diversifiée pour attaquer la volatilité des tarifs des billets aériens ou les retards dans l’acheminement de colis. Elle a notamment donné la possibilité à ses utilisateurs d’attaquer l’agence de crédit américaine Equifax, victime d’une attaque pirate massive fin 2017, à qui des citoyens ont ensuite réclamé des dédommagements.

DoNotPay se serait illustrée avec brio dans son premier domaine. Son fondateur, Joshua Browder, 21 ans, affirme que ses utilisateurs auraient récupéré en tout 16 millions de dollars en contestant les amendes de stationnement.

Observateur tech perplexe