En Inde, un village interdit l'utilisation de portables aux femmes célibataires

shares

Cette technologie constituerait une "nuisance pour la société" et détournerait les femmes célibataires de leurs études et leurs tâches ménagères. 

Les anciens du village de Suraj, dans l'État indien du Gujarat, ont décidé d'interdire aux femmes qui ne sont pas mariées l'utilisation des téléphones portables, rapporte un article du quotidien The Hindustan Times. La raison ? Cela empêcherait les femmes de se concentrer sur leurs études et les tâches ménagères qui leur incombent. Bien évidemment, cette même mesure drastique n'est pas imposée aux jeunes hommes célibataires...

© Xavier Arnau/iStock

L'alcool (pour les hommes) et les téléphones (pour les femmes) mis sur le même plan

"Pourquoi les jeunes filles ont-elles besoin d'un téléphone portable ?", s'interroge Devshi Vankar, le sarpanch, chef du village de Suraj. "Internet est une perte de temps et d'argent pour une communauté de classe moyenne comme nous. Les jeunes femmes feraient mieux d'utiliser leur temps pour étudier et pour réaliser d'autres travaux", s'est-il justifié. De son côté, Raikarnji Thakor, chef d'une autre communauté de Gujarat n'a pas hésité à comparer abus d'alcool avec abus de technologies pour justifier une telle mesure sexiste :

"La consommation d'alcool par les hommes et l'utilisation du téléphone par les femmes sont une nuisance pour la société. Les jeunes femmes ne sont pas avisées. Cela peut briser des familles et nuire aux relations."

Amendes et délation

La seule manière pour les célibataires d'outrepasser la règle est donc que leurs parents décident gentiment de leur prêter momentanément leur téléphone. Mais celles qui osent la défier risquent une amende de  2100 roupies (près de 28 euros) si elles sont prises en flagrant délit d'utilisation de téléphone portable. Et pour couronner le tout, les chefs du village poussent à la délation avec une récompense de 200 roupies (2,65 euros) pour ceux qui les dénonceraient, rapporte The Independant.

Une mesure qui apparaît pourtant contradictoire avec le vaste plan "Inde numérique" lancé par le Premier ministre Narendra Modi, natif de ce village. En effet, ce dernier avait annoncé l'année dernière : "Jadis, on disait que c'était le train qui connectait les Indiens. Aujourd'hui, je dis que ce sont les technologies de l'information qui connectent l'Inde. Je crois dur comme fer qu'une Inde numérique peut rivaliser avec le monde". Le dirigeant fixait ainsi l'objectif de "connecter chaque village au haut débit", afin de "révolutionner la santé et l'éducation".

Il faut croire que pour le village Suraj, il faudra attendre que les mentalités changent. Ce n'est pas non plus la première fois qu'un village en Inde interdit l'usage des téléphones portables aux femmes non mariées. En 2010, le village de Lank, craignant que de jeunes amants n'arrangent des mariages interdits en douce ou planifient leur fuite, avait adopté la même mesure.

Une prohibition réservée aux femmes qui rappelle que l'Inde a encore beaucoup de chemin à faire pour améliorer l'égalité entre les sexes dans un pays où la société est encore très patriarcale.