En Angleterre, des "saboteurs" masqués en guerre contre les acharnés de la chasse à courre

Alors que la chasse à courre est interdite au Royaume-Uni depuis 2005, cette pratique meurtrière perdure. La Hunt Saboteur Association mène des actions contre les irréductibles chasseurs, qui répliquent souvent par la violence.

Le 20 novembre dernier, le mouvement anti-chasse Hunt Saboteurs Association s’est retrouvé au centre d’une petite tempête médiatique au Royaume-Uni après la diffusion d’une vidéo dans laquelle on voyait une cavalière fouetter à 17 reprises de sa cravache un membre de l’association qui avait interrompu sa partie de chasse, dans la région du Sussex.

Si certains médias ont été prompts à présenter ces saboteurs comme des gauchistes inconscients dont le but secret serait de terroriser les agriculteurs anglais, nous nous sommes demandé qui ils étaient vraiment. Enquête.

(© Matthew Kirby/Konbini)

Fondée en 1963, la Hunt Saboteurs Association (HSA) combat toutes les formes de chasses à courre. Aujourd’hui, son but est de dénoncer le non-respect de l’interdiction de la chasse à courre, pratiquée en Angleterre depuis le XVIIe siècle, décrétée par le gouvernement britannique en 2005. Le renard était la proie favorite des aficionados de ce type de chasse. 21 000 à 25 000 renards étaient tués chaque année, ainsi qu’environ 160 cerfs et quelque 1 650 lièvres, rapportait Le Monde en 2005.

Comme l’explique, la Hunt Saboteurs Association sur son site Web : "Étant donné le nombre de journalistes pro-chasse et mal informés qui se sont donnés pour objectif de dénoncer le mouvement anti-chasse, il nous faut rétablir la vérité."

Les saboteurs assurent ainsi n’utiliser que des techniques non-violentes afin de perturber la chasse du jour, en faisant sonner des cornes de brumes et des sifflets pour désorienter les chiens et parfois en diffusant du son à l’aide des haut-parleurs pour imiter une meute hurlante. Certains militants posent parfois des pièges pour brouiller l’odorat des chiens, redirigent les itinéraires et ferment quelques haies et grillages afin de perturber le bon déroulement de la chasse.

© Matthew Kirby/Konbini

Cependant, quand vous entendez parler d’eux dans les médias, c’est souvent à travers une vidéo où ils se font attaquer par le propriétaire d’un terrain. À la radio, on ne manque jamais de rappeler le caractère intimidant de leur attirail. Un membre de la section du Croydon m’a expliqué que les cagoules étaient souvent nécessaires à cause des menaces reçues par certains, qui ne s’étaient pas masqués, à la suite de leurs actions.

Le gouvernement actuel n’ayant pas l’air franchement porté sur la reconnaissance de la souffrance animale, certains préfèrent rester masqués pour éviter tout désagrément au boulot avec des collègues pro-chasse. "Les premières violences à l’encontre des saboteurs se sont produites en 1965, explique l’association, lorsque trois membres du groupe de Bournemouth ont été attaqués à la hache."

Depuis, de nombreux incidents se sont produits, dont une célèbre course-poursuite impliquant trois chasseurs sur un quad détruisant à coups de pierres le pare-brise de la voiture des saboteurs.

S’ils pénètrent sur des propriétés privées, le seul objectif des saboteurs est d’empêcher la mise à mort illégale d’un animal. Cependant, ils sont souvent confrontés à des personnes entretenant d’excellents rapports avec la police, ce qui ne leur rend pas la tâche aisée.

Alors que la loi interdit de chasser "un mammifère sauvage à l’aide d’un chien", les saboteurs expliquent qu’il existe encore 190 chasses déclarées au Royaume-Uni dont certaines sont en constante violation de la légalité.

Traduit de l’anglais par Dario

© Matthew Kirby/Konbini

© Matthew Kirby/Konbini

© Matthew Kirby/konbini

© Matthew Kirby/Konbini

© Matthew Kirby/Konbini

© Matthew Kirby/Konbini

© Matthew Kirby/Konbini

À lire -> On va en bouffer : l’UE renouvelle la licence du glyphosate pour cinq ans

Writer and photographer from South London, UK. If you want to get in touch please email me at: matthew.kirby@konbini.com