Sans prévenir, Digitick augmente ses frais de dossier

1.9k Shares

À cause d’une augmentation de ses frais de dossier inattendue, Digitick rend les tickets de concerts achetés en prévente plus chers que sur place, dans certains cas. Plusieurs organisateurs, surpris, dénoncent une politique tarifaire qu’ils jugent aberrante.

(Crédits image : travelblat.com)

(Crédits image : travelblat.com)

C’est arrivé. Acheter un ticket de concert en prévente est devenu plus cher que sur place… du moins chez Digitick. La société, principal vendeur en ligne de billets de spectacles, vient de passer ses frais de gestion pour les billets à imprimer soi-même (les moins chers) de 0,50€ à 1,45€.

Ce changement dans les conditions générales de vente est passé inaperçu pour beaucoup. Mais la firme détenue par le conglomérat Vivendi a déclenché la grogne de Twitter et des bookeurs de concerts, notamment des plus petits.

Nicolas Denéchau est organisateur des concerts Dead Pig Entertainment, et s’occupe notamment des concerts stoner et psyché rock des Stoned Gatherings au Glazart, à Paris. Il explique travailler avec Digitick “parce qu’en termes de visibilité, ils sont bien placés.” 

Or, voilà le problème :

Jusqu’à aujourd’hui ça se passait plutôt bien pour vendre nos billets via Digitick mais aujourd’hui, les pré-ventes se retrouvent plus chères que les prix sur place. C’est aberrant.

Nicolas le précise : “ce n’est pas les bookeurs directement que cela pénalise, mais bien le consommateur.” Il a d’ores et déjà envoyé un e-mail à Digitick afin de demander une possibilité de travailler au cas par cas, il justifie :

Nos concerts sont à bas prix et soit nous devons augmenter le tarif des billets en vente sur place – et ce n’est pas envisageable parce que ça n’est pas valable – soit réduire le prix global des concerts. Or, on ne peut pas revenir sur des tarifs déjà validés par les autres parties.

1,80€ de commission + 1,45€ de frais de dossier

Contacté également, Jérémy Cas est organisateur “occasionnel” de concerts metal sur Nantes pour Blue Wave Productions. Alors qu’il a des événements en cours avec la société de vente de billets en ligne, il confirme avoir appris la nouvelle de ce changement de politique tarifaire via les réseaux sociaux. “Digitick ne m’a pas prévenu”.

Dommage, car il assure que 70% des billets pour ses événements sont vendus sur cette plateforme :

Je me retrouve dans une situation où mes billets en prévente sont plus chers que mes billets sur place. Un exemple : j’organise bientôt la venue [du groupe de metal progressif américain] Animals As Leaders et la place est à 18€ en pré-vente. Chez Digitick, il faudra ajouter 1,80€ de commission et 1,45€ de frais de dossier, soit 21,25€ alors que sur place, l’entrée sera à 20€.

J’ai l’impression que les consommateurs se font à moitié arnaquer. Ils risquent donc d’aller voir ailleurs… Dans les autres points de vente, on est entre 18.90 € et 19.80 €.

C’est la même chose pour Nicolas Denéchau de Dead Pig Entertainment :

J’ai déjà réduit mes quotas de place et retiré de la plateforme Digitick la vente de billets pour le concert [du groupe de sludge metal québécois] Dopethrone : le prix des places grimperait à 13,25€ sur Digitick, 10€ en prévente et… 12€ sur place, le soir-même, alors qu’un concert pareil a peu de chances d’être complet à l’avance.

Modification de “structure” et pas de “prix”

Cécile Milon, porte-parole de Digitick, tempère : “c’est une modification de structure, pas une augmentation de prix”. Et bien que dans les faits, le client Digitick paye sa place plus cher, la formule est martelée par un autre porte-parole :

Nous avons conscience que c’est dommage pour les bookeurs. Mais l’impact de ce changement de structure – et pas “augmentation tarifaire” – sera positif ou bien négatif selon les gens : cela bénéficie à ceux qui achètent plusieurs places à la fois. On va rarement seul à un concert. Et quand bien même, il y a de nombreux autres événements où les consommateurs achètent les billets à plusieurs.

Cette source ajoute que Ticketnet, présenté comme “deuxième plateforme française de vente de billets en ligne” pratique déjà cette politique. Et de conclure, argument implacable : “Ce n’est pas Digitick qui fixe le prix de vente d’un événement”.

À partir de trois places

Les conditions générales de vente de Digitick l’attestent : les 50 centimes de frais de dossier par place deviennent 1,45€ “par panier”. Si vous achetez une, deux, trois ou vingt places, les frais resterons d’1,45€, là où ils coûtaient 0,50€ par nombre de place par le passé.

Jérémy Cas complète :

Le prix est appliqué par transaction. Selon les statistiques de Digitick, les gens achètent plusieurs places d’un coup et à partir de trois places, cela revient au même prix [0,50 x 3 = 1,50. Soit presque 1,45€, ndlr]. Cependant, j’ai mes propres statistiques et cela ne représente pas beaucoup de monde. Surtout, cela n’est pas représentatif du monde des concerts.

Une augmentation importante pour les petits concerts

On le sait : peu de gens qui vont souvent en concert achètent les places pour tous leurs potes. A fortiori dans le cas de festivals comme le Pitchfork, Hellfest ou Rock En Seine. “Donc celui qui achète sa place tout seul paiera en plus 3,25 euros quoi qu’il arrive. Et pour de petits concerts, c’est une augmentation importante. D’autant que ce qui est difficilement compréhensible, c’est que ces frais de dossier n’ont pas raison d’être puisque c’est au consommateur d’imprimer sa place…”.

Pas perso, Jérémy conclut : “À mon niveau amateur, c’est déjà une problématique, mais je n’ose pas imaginer pour un bookeur professionnel, avec la TVA et les autres frais”.

En tout cas, Digitick pourrait bien perdre des partenaires à cause de cette augmentation de prix significative. Désormais, pour Nicolas Denéchau, c’est plié. Meilleure plateforme de vente en ligne ou non, “soit les frais baissent, soit je ne mettrais plus en vente sur Digitick les places de mes concerts susceptibles d’avoir une pré-vente équivalente ou plus chère que sur place”.

Word.

1.9k Shares

Affreux vilain metalhead incurable, aussi rédac' chef du webzine Hear Me Lucifer.

> Posts : 1048

Je veux recevoir plus de news !

Inscrivez-vous à la Newsletter Konbini,
et ne ratez plus jamais une info.