En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Le dessin de Charlie Hebdo sur Aylan expliqué pour les nuls

Sur Twitter, un dessinateur a fait œuvre de pédagogie pour expliquer la dernière (polémique) crayonnée de Charlie Hebdo

Le 9 septembre, Charlie Hebdo a sorti un nouveau numéro. En une, un dessin de Coco imprimant un regard corrosif sur l'accueil des migrants en France avec, en commentaire, "Vous êtes ici chez vous".

Dans les pages du journal satirique, deux dessins créent la polémique. Ils sont de Riss, aka Laurent Sourisseau, et s'inspirent du drame relayé par la photographie de Aylan Kurdi, l'enfant syrien de trois ans retrouvé mort sur une plage turque au début du mois de septembre.

Le premier voit Jésus marcher sur l'eau aux côtés d'une référence à Aylan Kurdi, un corps plongé dans la mer. Le commentaire est ironique : "La preuve que l'Europe est chrétienne". Le deuxième, et c'est celui qui a connu le plus de réactions hostiles sur les réseaux sociaux comme dans la presse anglo-saxonne, reprend à l'identique la photographie de l'enfant syrien.

En titre, "Si près du but". Au-desssus, dans un ciel bleu, un panneau McDonald's sur lequel est communiqué : "Deux menus enfant pour le prix d'un".

Charlie Hebdo

En Inde, au Maroc, aux États-Unis, en Angleterre, ce dessin est mal passé dans la presse : selon India Today, il "tourne en ridicule non seulement les sentiments des réfugiés syriens mais aussi la mort de ce petit garçon". Aussi perçu comme raciste, le dessin a entraîné l'apparition d'un hashtag #JeNeSuisPasCharlie sur Twitter, certains ne comprenant pas qu'on puisse "rire de la mort d'un petit garçon".

Dans une perspective toute pédagogique, un dessinateur, Hank, a fait l'effort de livrer une explication de texte à l'attention des pourfendeurs du dessin de Charlie Hebdo. Ce mercredi 16 septembre, il a ainsi fait une mise au point via Twitter. Autour du dessin de Riss, des anotations qui ont pour titre : "Le dessin de presse pour les nuls".

On peut ainsi lire :

1. Ce dessin n'est pas un dessin drôle, il dénonce une situation;

2. On trouve dans ce dessin ce qu'on appelle des symboles.

Parmi les symboles, "McDo, symbole de la bouffe à outrance", "le ciel est bleu en Europe tout va bien", "en bas la mer n'est pas bleue, le sable n'est pas jaune, l'herbe n'est pas verte", "en bas c'est triste". Et à la question toute conne de "Pourquoi ?", Hank répond :

Parce qu'un petit garçon est mort, Aylan est devenu le symbole de ce peuple qui fuit la guerre et la barbarie pour venir mourir aux portes de l'Europe. "Si près du but". N'oubliez jamais que vos yeux sont reliés à votre cerveau.

Dans les colonnes du New York Times, Riss explique que le dessin est une dénonciation de "la réponse hypocrite des dirigeants européens et du public à la crise [des migrants]". Le dessinateur en profite aussi pour blâmer les propos de Viktor Orban, Premier ministre hongrois, qui a affirmé que l'afflux de musulmans était une menace aux racines chrétiennes de l'Europe.

Journaliste culture depuis 1956. Musique, cinéma et un peu de photographie.