En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Découvrez Songdo, la ville coréenne futuriste et 100 % écolo

À 65 kilomètres de Séoul, la Corée du Sud s’apprête à inaugurer une ville nouvelle et écolo dont la particularité est d’être débarrassée des voitures et des émissions de CO2.

Songdo, en Corée, ville 100 % écolo. (© maxpixel)

Songdo a l’ambition de devenir le modèle de la "ville verte en kit" de l’Asie. Cette ville nouvelle dont la construction a été lancée en 2003 ambitionne d’accueillir 65 000 habitants et d’employer 300 000 personnes d’ici 2018.

Avec une particularité : cette cité écologique de 600 hectares construite de toutes pièces sur un pan de la mer Jaune laisse les voitures au placard. Son plan d’urbanisme a été étudié pour que tout puisse se faire à pied ou en transports en commun. Elle a ainsi naturellement été désignée ville où siège le Fonds vert pour le climat.

Le vélo et la marche encouragés

Bien que sortie de terre (ou plutôt de mer) en seulement quinze ans, Songdo ressemble à n’importe quelle autre ville moderne, entre gratte-ciel, habitations, bureaux, écoles, musées ou encore hôpitaux. Son quartier d’affaires souhaite montrer l’exemple (Fonds vert oblige) et ses employés sont invités à laisser leurs voitures dans les parkings à 99 % souterrains, nous explique BFM.

Mais cette interdiction est compensée par un plan d’urbanisme ultra-développé. Toutes les rues sont piétonnes, chaque logement ou bureau est situé à moins de quinze minutes à pied d’une station de métro ou d’un arrêt de bus et 145 kilomètres de pistes cyclables desservent l’ensemble de la ville. Évidemment les transports publics sont propres et ne rejettent aucune émission de CO2.

Et gare aux mal-venants : les plaques minéralogiques des véhicules sont systématiquement scannées à chaque déplacement. Ce afin de réguler le trafic et de lutter contre la pollution atmosphérique. Une collecte de données qui ne semble pas effrayer les futurs habitants de cette ville hyperconnectée aux allures orwelliennes.

La ville la plus écologique du monde ?

Mais ce n’est pas tout : 40 % de la superficie de Songdo est constituée d’espaces verts, 75 % des matériaux de construction utilisés sont recyclés, ses toits sont végétalisés et composés de panneaux solaires. L’eau de mer alimente les canaux de la ville et l’eau de pluie filtrée irrigue l’ensemble des parcs.

En outre les déchets sont recyclés pour produire de la chaleur en hiver et c’est la première cité à être constituée exclusivement de bâtiments à haute qualité environnementale.

"La collecte des déchets ménagers est réalisée au moyen de tubes pneumatiques. Les ordures sont aspirées, parcourent de nombreux souterrains avant d’arriver dans une gigantesque plateforme de tri sélectif où des opérateurs se chargent de leur valorisation", détaille BFM.

Avec une telle politique, Songdo émettrait jusqu’à 30 % en moins de gaz à effet de serre. Ce projet de ville futuriste, hyperconnectée et écolo aurait coûté 35 milliards de dollars (30 milliards d’euros) à un consortium d’investisseurs privés. Son concepteur, la société Gale, espère vendre son concept en Inde, en Chine et au Vietnam.