En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

En images : Damien Hirst célèbre l’esprit de Noël avec des seringues et des médocs

À Londres, Damien Hirst a décoré un arbre de Noël avec des seringues, des pilules et des boîtes de médicaments géantes. Et ça ne plaît pas au voisinage.

Du haut de ses 50 ans, Damien Hirst est considéré comme l’enfant terrible de l’art contemporain. Et sa toute dernière installation, spécialement réalisée pour Noël, prouve bien que son histoire d’amour avec la polémique n’est pas terminée.

C’est le Connaught, un hôtel cinq étoiles situé dans le très chic quartier de Mayfair, à Londres, qui a commandé un sapin de Noël à l’artiste britannique. Damien Hirst a donc installé un Épicéa de neuf mètres de haut et l’a décoré avec… des seringues, des paires de ciseaux, des pilules et des boîtes de médicaments marquées par une ordonnance, le tout taille XXL.

Ces décorations atypiques se mêlent aussi à des guirlandes de saucisses et des colombes, parce que c’est Noël après tout. Pour l’artiste, cet arbre célèbre "l’unité" et est "un joyeux symbole d’espoir et d’amour", peut-on lire sur son compte Instagram.

"En ce qui concerne les décorations", continue l’artiste, "je voulais faire référence aux objets merveilleux qui nous donnent espoir aujourd’hui". Toutefois, les voisins du Connaught, notamment l’église catholique de l’Immaculée Conception, ne trouvent pas ces décorations à son goût.

Un geste "irréfléchi"

Comme le sapin de Noël côtoie l’église et un refuge pour SDF, ses détracteurs trouvent que le geste de l’artiste est "irréfléchi", selon le Daily Mail. Ils s’inquiètent aussi de sa "connotation sexuelle" (les saucisses, peut-être ?) et disent que cet arbre pourrait faire de l’ombre à la nativité traditionnelle peinte sur le mur de l’église, qui est, ils le rappellent, un monument classé "grade I", la catégorie qui protège les "édifices d’intérêt exceptionnel" au Royaume-Uni.

Qui aurait pu deviner qu’un jour des seringues entreraient en compétition avec les rois mages ? L’hôtel explique que cet arbre "est une source d’inspiration dans le sens où le pouvoir de la science et de la médecine donnent espoir". L’établissement fait aussi remarquer que les instruments médicaux, transformés dans ce contexte festif, et les bonhommes de neige constitués de pilules géantes, "reflètent avec humour l’idée que Noël est une période où personne ne manque de rien".

#DamienHirst #ChristmasTree at #TheConnaughtHotel

A photo posted by Fabrice. M (@fabrice_m) on

#DamienHirst #ChristmasTree at #TheConnaughtHotel

A photo posted by Fabrice. M (@fabrice_m) on

Ce n’est pas la première fois que Damien Hirst fait référence à la médecine dans ses oeuvres. On peut même dire que le pouvoir de la science est un de ses thèmes de prédilection.

Le quartier de Mayfair est l’épicentre de la scène d’art contemporain à Londres. Il accueille les galeries internationales les plus prestigieuses. Ce n’est donc pas surprenant qu’un établissement comme le Connaught ait invité l’un des artistes contemporains les plus populaires à installer leur tout premier sapin de Noël. Dommage que les habitants du quartier, qui foulent probablement les rues en Louboutin, n’apprécient pas l’oeuvre.

 Traduit de l’anglais par Hélaine Lefrançois