En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

La construction de la première ville-forêt au monde va commencer en Chine

Un architecte italien a séduit l’empire du Milieu avec son projet futuriste de ville écologique à grande échelle.

(Image: Stefano Boeri Architetti)

(© Stefano Boeri Architetti)

Sauver la planète nécessite de l’ambition ainsi que beaucoup de confiance en soi, de détermination et de créativité. Mais cela n’a pas fait peur à l’architecte italien Stefano Boeri Architetti, qui semble posséder toutes ces qualités.

Après avoir travaillé sur de multiples projets urbains à visée écologique, comme la Green River à Milan, la jungle aérienne de l’aéroport de Pudong et les éco-tours de Nanjing, Stefano Boeri Architetti démarre un autre projet de développement au concept innovant : une ville-forêt qui combat la pollution atmosphérique et s’alimente aux énergies renouvelables.

Si des projets de développement similaires ont déjà vu le jour, il ne s’agissait généralement que de bâtiments uniques. La ville-forêt de Liuzhou sera donc le premier projet de cette ampleur. Situé au sud du pays, ce nouvel espace urbain couvrira une zone de 175 hectares le long de la rivière Liujiang et sera desservi par un réseau de rails conçu spécialement pour des voitures électriques.

Une ville qui mise tout sur la végétation

Selon le site de Stefano Boeri Architetti, la ville-forêt sera entièrement autosuffisante grâce aux énergies renouvelables, comme la géothermie et les panneaux solaires. Constituée de zones résidentielles, de bureaux, d’hôtels, d’écoles et d’un hôpital, la ville sera entièrement recouverte de végétation, soit d’environ 40 000 arbres et d’un million de plantes. Le site indique :

"Une fois construite, la nouvelle ville pourra accueillir 30 000 habitants, absorber environ 10 000 tonnes de CO2 et 57 tonnes de polluants par an, tout en produisant presque 900 tonnes d’oxygène."

Selon le cabinet d’architectes, la flore aidera à améliorer la qualité de l’air, à diminuer la température moyenne, à créer une isolation sonore et à booster la biodiversité de la faune, qu’il s’agisse des oiseaux et des insectes ou des petits animaux qui occupent actuellement la région. Le projet devrait toucher à sa fin en 2020. En attendant, on vous laisse le découvrir en images, ci-dessous.

(Image: Stefano Boeri Architetti)

(© Stefano Boeri Architetti)

(Image: Stefano Boeri Architetti)

(© Stefano Boeri Architetti)

(Image: Stefano Boeri Architetti)

(© Stefano Boeri Architetti)

(Image: Stefano Boeri Architetti)

(© Stefano Boeri Architetti)

Traduit de l’anglais par Sophie Janinet