La CIA assure que la Russie a aidé Trump à devenir président des États-Unis

Guerre froide, round 2 ?

La victoire de Donald Trump pourrait bien avoir été facilitée par le gouvernement russe. (© Gage Skidmore/ Flickr/ CC)

La victoire de Donald Trump pourrait bien avoir été facilitée par le gouvernement russe. (© Gage Skidmore/Flickr/CC)

Ceci n'est pas le scénario d'un film d'espionnage à l'époque de la Guerre froide. La CIA a la certitude que le gouvernement russe a participé à la victoire de Donald Trump à l'élection présidentielle des États-Unis, en novembre dernier. C'est le Washington Post qui a dévoilé l'information, samedi 10 décembre, via la publication d'un rapport commandé par Barack Obama.

Pour la Central Intelligence Agency, des personnes proches du Kremlin auraient "transmis à Wikileaks des milliers d'e-mails hackés du parti démocrate et du directeur de campagne d'Hillary Clinton". 

Selon des experts américains, l'affaire du piratage des boîtes mails de parti démocrate aurait porté préjudice à Hillary Clinton. Dans cette histoire, on lui reproche d'avoir communiqué avec son adresse personnelle dans le cadre de ses fonctions. Une utilisation formellement contraire à la loi fédérale, explique Le Monde, "au nom de la liberté de l'information". L'hypothèse selon laquelle les Russes auraient manigancé ce scandale avait déjà été émise par le New York Times, en juillet dernier, rappelle Libération

La Russie pro-Trump

Mais d'après la déclaration d'un officiel à des sénateurs américains, la Russie n'espérait pas seulement récolter des informations sur les démocrates américains, mais de multiplier les chances pour Donald Trump de remporter les élections présidentielles. "L’objectif de la Russie était de favoriser un candidat par rapport à un autre," cite le quotidien basé dans la capitale des États-Unis.

Ce matin, le gouvernement a annoncé que Barack Obama a exigé une enquête sur les élections 2016, et a assuré qu'elle serait divulguée aux élus du Congrès, bien que certaines informations devront rester secrètes parce que trop "sensibles". En outre, le rapport de la CIA ne pourra pas remettre en question les résultats de l'élection de novembre dernier.

Pour sa défense, les porte-parole de Donald Trump ont déclaré que les enquêteurs de l'agence de renseignement "sont les mêmes que ceux qui disaient que Saddam Hussein disposait d’armes de destruction massive".