En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Ce réfugié sahraoui construit des maisons à partir de bouteilles en plastique

C’est solide, écolo, intelligent et solidaire.

Si son camp de réfugiés sahraouis se trouve dans le sud aride de l’Algérie, les maisons en boue sont parfois détruites par les fortes pluies qui s’abattent sur le désert du Sahara. Tateh Lehbib Breica a donc eu l’idée d’utiliser des bouteilles en plastique pour construire des habitations robustes, après la destruction d’une dizaine de milliers de maisons par une tempête en 2015.

(Screenshot via UNHCR video)

(Capture d’écran vidéo UNHCR)

Cet ingénieur de 28 ans est, depuis sa naissance, un réfugié. Il fait partie des plus de 165 000 Sahraouis qui ont été déplacés par le conflit du Sahara Occidental. Pour sa première construction, il avait utilisé des bouteilles en plastique remplies de sable et de paille afin d’offrir un abri solide pour sa grand-mère dans une région où le thermomètre atteint parfois 43 degrés Celsius. "Je voulais faire en sorte qu’elle souffre moins de la chaleur et ainsi rendre sa vie plus agréable", explique-t-il à Middle East Eye.

Grâce à l’aide du Haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés, Tateh Lehbib Breica a pu construire 25 nouvelles maisons, chacune nécessitant environ 6 000 bouteilles, d’après le site Global Citizen.

(Screenshot via UNHCR video)

(capture d’écran d’une vidéo de l’UNHCR)

Ces maisons seront attribuées à des personnes en situation difficile qui vivent dans le camp de réfugiés d’Aswerd (même si tous vivent dans des conditions extrêmement difficiles). On dit que cette méthode de construction produit des maisons plus pérennes que les cases en boue. Otis Moore, spécialiste des abris auprès de l’institution, explique que " la forme circulaire permet de résister plus efficacement aux tempêtes".

Au passage, Tateh Lehbib Breica s’est vu attribuer un surnom un peu particulier : "Majnoun al qarurat", soit le fou aux bouteilles.

À lire -> Gênés de demander de l’eau du robinet au restaurant, les Anglais accumulent toujours plus de plastique

Writer and photographer from South London, UK. If you want to get in touch please email me at: matthew.kirby@konbini.com