En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Pourquoi la réal' Amandine Gay ne veut plus apparaître dans les rubriques "Afrique" de la presse française

Amandine Gay, réalisatrice du documentaire Ouvrir la voix, a vu son portrait publié dans les rubriques "Afrique" de grands quotidiens français. Une couverture médiatique inacceptable, qu’elle a dénoncée sur Twitter.

© Enrico Bartolucci

"Tu es de quelle origine ?" ou "Tu viens d’où ?" : dans le documentaire Ouvrir la voix, sorti le 11 octobre dernier au cinéma, 24 femmes noires vivant en France et en Belgique racontent le racisme plus ou moins ordinaire dont elles sont victimes au quotidien. Sa réalisatrice, Amandine Gay, a précisément dû se battre pour diffuser le fruit de son travail : elle a expliqué à Speech que le CNC ne lui avait pas accordé d’aide, et que les boîtes de distribution avaient refusé Ouvrir la voix. Son film, destiné avant tout à apporter aux jeunes filles noires un soutien et des clés de compréhension sur les discriminations dont elles sont victimes, est à son sens également "utile à tout le monde, parce qu’il dit beaucoup sur la société dans laquelle on vit" :

"L’intérêt du cinéma, c’est de travailler sur l’empathie et l’écoute, et grâce à Ouvrir la voix, des gens vont écouter des femmes noires parler pendant deux heures pour la première fois de leur vie. Pour beaucoup, ça ne leur était jamais arrivé avant."

"Où est l’Afrique ?"

L’utilité de son travail s’est vérifiée jusqu’au traitement journalistique d’Ouvrir la voix. Le 20 octobre, Amandine Gay a publié un thread sur Twitter expliquant pourquoi elle ne souhaitait "plus apparaître dans la rubrique 'Afrique' des grands quotidiens/magazines français" :

Poussée "à la périphérie du cinéma, à la marge"

La réalisatrice souligne à quel point le traitement médiatique de son film est précisément l’une des manifestations du racisme ordinaire et intégré qu’elle dénonce dans Ouvrir la voix. Une invisibilisation et une marginalisation des femmes noires, à qui on refuse symboliquement la nationalité française — tout en ayant du mal à admettre que ce problème appartient bien à notre société, et qu’il relève de notre responsabilité.

Une autre preuve, s’il en fallait, qu’Ouvrir la voix est un film essentiel concernant toute notre société, à mettre devant tous les yeux.

Ouvrir la voix est sorti dans 10 salles en France le 11 octobre dernier.