En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Un agriculteur traîné en justice pour avoir aidé des centaines de réfugiés

Cédric Herrou et son association Roya citoyenne sont sous le coup d'un procès pour avoir organisé l'accueil de réfugiés dans une vallée des Alpes-Maritimes.

(source : Facebook)

(Cédric Herrou, via Facebook)

Si les réfugiés sont souvent présentés comme une "vague" uniforme, c'est bien d'hommes, de femmes et d'enfants que cette "vague" se compose. Des drames individuels auxquels Cédric Herrou a décidé de répondre, à sa mesure et avec toute la force de sa volonté. Cet agriculteur de 37 ans, originaire de la vallée de la Roya (dans les Alpes-Maritimes), apporte tous les jours son soutien aux réfugiés dans le besoin.

Grâce à son collectif Roya citoyenne, plusieurs centaines de personnes ont reçu des soins de première nécessité, des repas chauds, un toit et un moyen de transport pour traverser la frontière franco-italienne (très contrôlée depuis la mise en place de l'état d'urgence). Cela lui vaut de comparaître aujourd'hui devant le tribunal de Nice, pour "aide à l’entrée, à la circulation et au séjour de personnes en situation irrégulière". L'habitant de Breil-sur-Roya assume tout à fait son action auprès du micro de France Info :

"Quand je vois, à 7 heures du matin, sept gamines de 17 ans dormir au milieu de la route, en sachant qu'il y a des réseaux mafieux de passeurs, de prostitution, de pédophilie qui rôdent et qui les menacent, je ne vais pas les prendre, les mettre devant la pharmacie de Vintimille [en Italie], et leur dire d'attendre qu'elle ouvre. Ce sont des problèmes graves contre lesquels rien n'est fait."

"Je prends en priorité des filles et des femmes", explique-t-il à France Info. Sa colère est palpable : "L'État ne fait rien." Les procédures d'accueil des mineurs, longues et fastidieuses, ne permettent pas de répondre à ce genre de situations urgentes. Cédric Herrou les accueille donc dans des centres montés pour l'occasion avec son association militante et les aide à remplir les dossiers destinés à l'Aide sociale à l'enfance. Fortement médiatisé, son engagement lui a valu d'être élu "Azuréen de l'année" par les lecteurs du quotidien Nice Matin.

"Je vais continuer"

Mais son histoire est loin d'être une aventure individuelle, car c'est toute la vallée de la Roya qui se rebelle contre les défaillances des politiques d'accueil de l'État français. Depuis des mois, ses habitants fournissent en toute illégalité leur aide aux réfugiés qui transitent par l'Italie pour se rendre en France, en Angleterre ou en Allemagne. Cette vallée est devenue un goulot d'étranglement : au Nord et à l'Est, la frontière italienne, à l'Ouest, une zone française patrouillée par un lourd dispositif policier qui arrête et fouille les véhicules.

Au centre, la Roya est donc devenue un havre de paix dans lequel les réfugiés trouvent des soins, des cours de langue, des repas chauds et des camps de fortune montés dans des bâtiments abandonnés ou, le plus souvent, directement chez les habitants de la vallée.

Une initiative humaniste pour laquelle Cédric Herrou, figure de proue du mouvement, risque jusqu'à 30 000 euros d'amende et 5 ans d'emprisonnement. "Si jamais je suis condamné à du sursis, je vais continuer, avec la perspective de la prison après, explique-t-il à France Info. L'histoire avec un grand 'H' s'écrit tous les jours, et je n'ai pas envie de devoir expliquer à mes enfants que je n'ai rien fait."