En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

À la veille de Noël, le Danemark a assuré 100 % de son électricité grâce à l'éolien

C'est un peu de magie de Noël que nous offre la Scandinavie : dans la nuit du vendredi 23 au samedi 24 décembre 2016, le Danemark a assuré 100 % de sa consommation électrique grâce à son parc éolien. 

Ferme éolienne off-shore au large du Danemark (©Wikimedia)

Ferme éolienne off-shore au large du Danemark (© Wikimédia CC)

Pionnier dans l'éolien off-shore (c'est-à-dire en mer) depuis le début des années 1990, le Danemark a couvert ce week-end 111 % de ses besoins en électricité grâce aux turbines à vent. Une bonne nouvelle qui montre que la transition énergétique est possible, et ce dès à présent. Comme l'explique le site de France info qui relaye l'information, cette importante production d'énergie d'origine renouvelable pourrait même permettre au Danemark de revendre son surplus d’électricité à ses voisins s'il le souhaitait. Donc en plus de s'autosuffire en énergies renouvelables, le Danemark peut aussi se payer le luxe d'en faire profiter les autres. Un exemple à suivre.

Pour les français, l'éolien "c'est moche"...

Malheureusement, la France n'est pas tout à fait sur la même dynamique. Comme l'explique Benoît Hartmann, le porte-parole de l'association France nature environnement, à France info, la France est en quelque sorte le "mauvais" élève de l'Europe en matière d'éolien. En cause : la réticence des riverains à voir pousser des champs d'éoliennes non loin de chez eux.

En effet, les éoliennes peuvent être placées on-shore (sur terre) ou off-shore (en mer). C'est sur cette dernière option – plus puissante – que le Danemark mise, alors que la France ne l'exploite pas du tout, lui préférant une faible production d'éolien on-shore (3,9 % de notre production nationale en électricité). Grâce à ses nombreuses côtes venteuses qui lui offrent un potentiel énorme, la France serait ainsi dotée du deuxième potentiel en énergie éolienne d'Europe (pouvant aller jusqu'à 30 % de son électricité), juste derrière le Royaume-Uni, qui détient actuellement le plus grand parc éolien off-shore au monde.

Mais côté population, ça coince. Tout le monde veut de l'éolien, mais personne ne veut voir poindre la moindre hélice à l'horizon. Pourtant, comme le conclut Benoît Hartmann, l'humanité ne peut pas faire autrement que de se diriger vers le renouvelable. Et après avoir supporté des centrales nucléaires dans le paysage pendant des décennies (avec ses 19 centrales, la France est le pays le plus nucléarisé au monde), pourquoi les Français ne seraient-ils pas capables de vivre avec des éoliennes?

À Lire -> Une PME française développe l’éolienne du futur