Le 5 mai, vous pourrez visiter le Palais de Tokyo entièrement nu·e·s

Le musée parisien et l’Association des naturistes de Paris organisent une visite unique de l’exposition "Discorde, fille de la nuit" le 5 mai prochain.

(© Alexander Baranov/Wikimedia/CC)

Les musées sont (trop) souvent chiants. Pas à cause de leur contenu, ça non, mais à cause de la solennité qu’on s’y impose. On entre au Louvre comme au Vatican, on chuchote à Orsay comme dans une salle d’audience : on marche à pas feutrés, les épaules courbées, le visage déformé par des rides de concentration, alors qu’on tente de déchiffrer l’énigme d’un postulat artistique abscons, en se jaugeant entre nous par des petits regards fuyants. Bref, on n’est pas franchement à l’aise. Pourquoi ? Va savoir.

Les voies des convenances sociales sont impénétrables – après tout, on continue bien à se marier, à fêter des fêtes désuètes et à se demander comment on va (alors qu’au fond on se fout pas mal de l’état émotionnel des autres). Bref, au musée, généralement, l’ambiance est pas franchement chaleureuse.

Et si, pour changer un peu cet état de fait, tout le monde se foutait à poil avant d’entrer ? Difficile d’imaginer meilleur manière de dissiper l’éther d’ennui et de bienséance qui flotte dans une salle d’expo que de laisser entrer tout le monde en tenue d’Ève : avec une petite ambiance sonore, une température ambiante réglée correctement et des œuvres à dévorer des yeux et du neurone, ce serait parfait.

Ça tombe bien puisque c’est exactement ce que propose le Palais de Tokyo, en partenariat avec l’Association des naturistes de Paris (ANP), le 5 mai prochain. Tous à poil, donc, pour aller admirer la nouvelle saison ("Discorde, fille de la nuit", cinq expositions dont une in situ) gratuitement et sans vêtements, en s’inscrivant ici. Et avec un peu de chance, cette fois-ci, le musée ressemblera à autre chose qu’à un lieu de recueillement.

Science, tech, culture numérique et galéjades. Internet est mon église.