En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

D'ici 2023, il sera possible de surfer dans le 93

Dans le cadre d’un colossal projet baptisé "Terre d’eaux", la commune de Sevran devrait prochainement accueillir les premières vagues de surf artificielles de l’Hexagone.

Un aperçu du site "Terre d’Eaux", qui devrait voir le jour d’ici six ans. (© Jacques Rougerie Architecture)

Lorsqu’on pense surf français, les villes de Biarritz, Hossegor et autres Guéthary sont en général les premières à nous venir à l’esprit. Pourtant, d’ici six ans, Sevran pourrait également figurer parmi cette liste de spots prisés par les amateurs de houle.

Comme nous l’apprend le site Écho d’Île-de-France, la ville de Seine-Saint-Denis devrait en effet prochainement accueillir un projet d’aménagement d’envergure baptisé "Terre d’eaux". Figurant parmi les 51 lauréats du concours d’urbanisme Inventons la métropole du Grand Paris, lancé en 2016, ce dernier consiste à métamorphoser les terrains Montceleux, situés au nord-est de Sevran, en une base de loisirs aquatiques aussi innovante que spectaculaire.

Prévu pour 2023, ce site d’exception se déploiera autour d’un lac de 9 hectares au bord duquel sera construit un bâtiment de 5 327 m² abritant une piscine et un espace de surf indoor. En extérieur, le site proposera trois imposants bassins, parmi lesquels un réservoir, une base de loisirs avec baignade autorisée, et un espace de surf outdoor.

Conçues en partenariat avec les Fédérations françaises de surf, de ski nautique et de wakeboard par l’architecte Jacques Rougerie, ces vagues artificielles indoor et outdoor, les premières de France, permettront aussi bien d’accueillir les amateurs que les professionnels du surf, faisant de Sevran un lieu d’entraînement privilégié pour les Jeux olympiques de Paris de 2024.

Le promoteur Linkcity Île-de-France – le mandataire du projet, à qui l’on doit déjà la réhabilitation de la piscine Molitor de Paris –, ne cache pas son enthousiasme :

"La création d’un tel équipement unique en France et en Europe apportera à la ville une visibilité mondiale en vue des Jeux olympiques de 2024 et permettra à ce territoire stigmatisé de rayonner.

Encadrée par les Fédérations françaises de surf et de ski nautique, la ville de Sevran deviendra aussi un terrain de formation et d’ouverture à l’océan pour les jeunes Sevranais et métropolitains n’y ayant pas facilement accès."

On a hâte.

Journaliste indépendante basée à Paris. Musique, mode et tatouage, principalement.