Archive for the ‘MODE’ Category:

Confessions d’un accro aux sneakers

Les fous de sneakers sont de grands incompris. Leur amour est si entier, si dévorant qu’il peut être difficile à comprendre pour les profanes, ceux pour qui “nan mais c’est juste des baskets quoi”. Alors on a demandé au blogueur et photographe Yellow Kid de nous faire vivre sa passion de l’intérieur. Découvrez ci-dessous ses confessions de sneaker addict.

Crédit image : Yellow Kid

Crédit image : Yellow Kid

Je ne suis pas un sneaker addict. Ni un sneakerhead, ni un accro, ou tout autre nom que vous m’avez déjà donné dans votre tête. Je ne suis pas dépendant. Non. Mais bon, j’imagine que tous les junkies rabâchent la même chose en fait. Comme cet alcoolique qui assure pouvoir décrocher quand il veut. Un verre à l’apéro, un verre au déjeuner, un verre avec les potes. Qui trinque déjà, mais pas comme il le croit. Alors à quoi bon tenter de vous convaincre que mon comportement n’est pas irrationnel ?

Bon j’admets : j’ai commencé à me poser des questions sur moi-même lorsque je me suis rendu compte que la plupart des gens n’achetaient pas une paire (ou plus) par semaine. Quand ma mère a eu l’air navrée d’apprendre que j’allais louer un box pour stocker une partie de mon trésor. Quand l’osthéo a déclaré que je ne pouvais plus porter de baskets si je voulais redresser mon dos et que j’ai compris “tu as un cancer des couilles, on va t’en couper une”. Quand mes collègues m’ont demandé combien de paires je possédais et qu’ils ont changé de couleur quand j’ai répondu : “J’ai arrêté de compter après 120 je crois”.

Du coup je cache honteusement sous mon bureau chaque colis que je me fais livrer. Et je mens sur le contenu, même si l’emballage est rectangulaire avec un gros logo Foot Locker. Sérieux, j’entasse tellement de cartons que l’équipe de nettoyage doit croire qu’un SDF a emménagé dans l’open space. Si je pouvais, j’imiterais mon pote, qui stocke ses derniers achats dans le coffre de sa voiture pour que sa femme ne les voit pas. Je ferais comme celui qui cache la majeure partie de sa collection dans son garage, et se change une fois sorti pour que sa mère ne lui brise pas les rotules.

Vivre dans le déni parce que l’entourage ne nous comprend pas, ça aussi c’est une bonne phase de toxico non? Mais merde quoi, laissez-nous sombrer en paix. Quand tu ramènes une nouvelle paire à la maison, ta copine ne voit pas ta tenue potentielle qui va lui rappeler pourquoi elle t’aime. Elle ne voit pas le shape travaillé, les matériaux premium, le colorway classique, le pan de culture populaire, le bout de design iconique. Non. Tout ce qu’elle voit, c’est un week-end à Londres ou un dîner romantique dans un bon resto qui vient de disparaître, comme une tache face à une lingette Jason Markk.

Par contre, lors de ce fameux week-end à Londres, elle te fera bien la gueule si tu ne lui déniches pas LA paire d’Air Max 1 qui va rendre jalouses à mort ses copines et collègues de bureau. Faut bien que ta passion serve à quelque chose.

“A mon époque, il fallait mériter sa paire”

Je sais que je me répète, mais je ne suis pas un sneaker addict. Parfois j’ai l’impression que ce mot a été inventé par la même race que les gens qui vénèrent les lipdub, flashmob, ice bucket challenge ou selfie dès qu’on est plus de trois dans un espace confiné. Je ne me reconnais pas dans ce terme. Je n’ai qu’un seul camp out à mon actif, et c’était pour acheter des South Beach 9 à mon contact new-yorkais.

Quand je suis rentré au petit matin après avoir attendu toute la nuit devant la grille du NikeStore et que j’ai croisé le regard de ma meuf, je me suis juré de ne plus jamais recommencer. Même si c’était marrant. Je ne me reconnais pas dans ces pseudo experts qui postent 100 fois la même paire sur Instagram, sous prétexte que c’est un angle différent. Je ne me reconnais pas dans ces events promo où tu croises toujours les mêmes têtes et les mêmes pieds, où tu repars avec la sensation d’être au top parce que tu as raflé un gift bag et 120 likes sur tes photos. Je ne me reconnais pas dans ces gosses de 15 ans qui claquent des sommes indécentes dans des Jordan qui ressemblent à des sabots, grâce à l’argent filé par des parents dépassés qui veulent juste éviter les prises de tête inutiles.

Crédit image : Yellow Kid

Crédit image : Yellow Kid

A mon époque, il fallait mériter sa paire. Décathlon enterrait tous les House of Hoops de la terre, et il fallait décrocher son bac à 14 ans avec 19 de moyenne comme Docteur Doogie pour caresser l’espoir secret d’avoir des Pump, Torsion ou Nike Air à 900 francs. L’âge doré de Jordan et Agassi, difficile de ne pas être marqué à vie. Et là, je m’aperçois que je passe pour le connard aigri de service, persuadé de détenir la vérité absolue. Mais le fait est que je me reconnais désormais davantage dans ces gens qui vendent plus qu’ils n’achètent parce que tu comprends, j’ai plus de place, je veux faire profiter les autres comme d’autres m’ont fait profiter et honnêtement, je me vois mal mettre mes Foam Eggplant pour aller au boulot.

Dans ces gens qui ont des Graal au fond de leur armoire mais ne sont plus trop excités, qui ont dérivé dans la déco intérieure et les montres de luxe (on a tous le même cheminement, avouez). Qui privilégient le beau plutôt que l’engouement populaire. Avec qui tu évoques des anecdotes un peu honteuses, qui te comprennent sans te poser les sempiternelles questions :

“Combien de paires tu as, mais comment tu les stockes, et combien coûte ta paire la plus chère, et tu sais où je peux trouver ces Huarache? Et ces Blazer? Et ces Roshe?”

“L’odeur chimique d’une paire neuve”

Alors oui, malgré tout les habitudes sont tenaces et te collent à la peau comme une Free Flyknit sans socquette. Je fais toujours gaffe à ce que je porte les jours de pluie, aux gens qui marchent sans regarder devant eux dans le métro (mais discrètement, pour pas me faire charrier). Comme les morceaux sur iTunes, j’accumule sans cesse mais j’écoute toujours les mêmes 15 titres. J’ai toujours un frisson de bonheur quand je respire l’odeur chimique d’une paire neuve. Je connais ma taille exacte en fonction des modèles, je n’essaie pas en magasin et je trouve que les gens qui mettent du temps à se décider ou rechignent à lâcher plus de 140 euros sont des crevards. Sur le moment, cette paire est tout ce qui compte.

Puis je l’oublie une semaine plus tard, le plaisir s’évapore aussi vite que le goût d’un chewing gum à la fraise. J’aide toujours les gens désespérés à trouver leur précieux, quitte à me maintenir dans la tentation permanente, ambiance Carlito’s Way. Du coup j’essaie d’acheter moins mais d’acheter mieux, même si ça ressemble à un slogan pourri matraqué par un parti politique qui essaie de te faire oublier la baisse du pouvoir d’achat.

Crédit image : Yellow Kid

Crédit image : Yellow Kid

Jamais la même paire deux jours d’affilée, mais toujours des raretés emballées qui n’ont jamais foulé le sol extérieur. Je culpabilise toujours comme un boulimique qui grignote des cookies entre les repas quand je clique sur “Add to cart”, j’ai toujours une poussée d’adrénaline quand je trouve le modèle que je cherchais à ma taille, je pleure toujours quand je lis « In Store Only ». Je suis toujours comme Sacha dans Pokémon, je veux toutes les attraper. Et quand je vois des trous dans la collection, je regrette qu’il n’existe pas une grille comme à la fin des albums Panini, où tu cochais les cases manquantes et tu faisais un gros chèque pour combler le vide.

J’empoisonne toujours les gens qui me côtoient, d’ailleurs mon père m’a envoyé un MMS de ses Reebok en me disant qu’il avait plus de style que moi. Même mon neveu qui n’a pas encore 3 ans a déjà plus de 30 paires. Et vous savez quoi ? Il en a rien à cirer, et parfois je me dis qu’il a bien raison (vu que c’est moi qui cire ses Air Force, mais bref).

“Le sneaker effect”

Parce qu’au final, tout ça nous échappe, et on est conditionné. J’ai lu dans un magazine féminin (j’effectue une veille pour mieux comprendre cet animal complexe qu’est la Femme), qu’un homme devait absolument arborer des chaussures propres pour être digne d’intérêt. Donc tu te retrouves à avoir des dizaines de paires pour augmenter leur durée de vie. Et tout est remis en question quand tu découvres une étude sociologique qui affirme que tout le monde porte des Converse All Star, sauf que les petits aisés les portent bousillées et dégueulasses, et les petits du ghetto les portent neuves et en prennent soin. En même temps, les chaussures sont le véritable signe extérieur qui trahit ton identité. Aligne 10 personnes habillées exactement de la même manière, laisse les choisir leurs chaussures et tu en apprendras beaucoup plus sur eux qu’avec un test du supplément Psychologie.

C’est tellement un marqueur social que s’est installé aux USA le “Sneaker Effect”: les vendeurs de boutique de luxe ont tendance à mieux traiter les clients qui portent des baskets, en se disant qu’ils ont les moyens financiers de se pointer dans une grande maison en se foutant royalement des codes habituels. Rappelle-toi de la cour de récré, quand quelqu’un débarquait avec des Air Tech toutes neuves pendant que tu usais tes fausses LC Waikiki sur le goudron. Ce mélange d’admiration, de respect et de jalousie. De ta mère qui dégainait tes plus beaux habits pour la rentrée. De ce sentiment d’invincibilité quand tu choisissais toi même ta tenue pour la première fois, étoile de Mario puissance 10.

Mais aujourd’hui on n’a plus de rentrée, plus de dimanche soirs, seulement des devoirs. Alors on recrée artificiellement ces instants. On affirme notre indépendance, plus besoin des parents pour acheter la paire de ses rêves. Les rôles s’inversent beaucoup plus tôt que prévu, et il faut pas nous en vouloir de prolonger encore un peu la fausse insouciance. Après tout, il parait qu’on ne peut pas racheter son enfance, mais personne a dit qu’on ne pouvait pas essayer.

Vous pouvez suivre Yellow Kid sur son blog, sur Twitter et sur Instagram.

Publié le lundi 16 septembre à 19h23.

Les gifs hallucinés de Charlotte Delarue et Akroe en hommage à la ZX Flux

Plus simple, plus urbaine, plus contemporaine. De la mythique adidas ZX 8000 sortie en 1980, la  ZX Flux ne garde que la simplicité et les lignes pures, pour faire place nette à des imprimés qui ont déjà inspirés Maud Vantours et Boston Bun.

Cette fois c’est au tour de deux autres artistes parisiens d’apporter leur vision de la ZX Flux : Charlotte Delarue et Akroe.

Charlotte Delarue

Charlotte Delarue représente a elle seule les contradictions des artistes actuels : artiste tout terrain, c’est une touche a tout qui ne se cantonne pas a un style particulier, elle mêle le noir et blanc à la couleur, le dessin à l’illustration numérique…

La carte de voeux de Surface to Air par Charlotte Delarue

La carte de voeux de Surface to Air par Charlotte Delarue

Pour adidas Originals, Charlotte semble revenir a ses premières amours : un trait fin, net et détaillé qui n’est pas sans rappeler la pochette qu’elle a créé pour la réédition du mythique film de Jean-Luc Godard : Jules et Jim.

Le symbole de l’infini, quand a lui, semble venir de la devise de la ZX Flux : Infinite Possibilities.

 photo GIFCHARLOTTE-V5_zpsde18856b.gif



800x600px8

ZX Flux par Charlotte Delarue

Akroe

Vous ne connaissez peut-être pas Etienne Bardelli, alias Akroe, mais vous avez probablement déjà admiré son travail. Cet artiste et designer, spécialiste des arts appliqués, a notamment été exposé à Metz à l’occasion des Nuits Blanches de 2010 et 2011 ou au centre d’art Blida, ainsi qu’au Musée des arts décoratifs de Paris. Passionné par le design industriel, il s’en inspire dans ses installations, photos, peintures, pour en retrouver les mécanismes et les illusions.

decran20140905a110333

Les decors de la pochette de “Juicy Lucy” par Akroe (2012)

En artiste de la matière, Akroe s’est attaqué au mesh de la ZX Flux, qu’il a successivement déconstruit et reconstruit jusqu’à parvenir a ce résultat hypnotique :

 photo Adidas-ZXFluxAkroe4_zps2e743c58.gif

 

ZX Flux par Akroe

ZX Flux par Akroe

 Pour plus d’images de la ZX Flux par adidas Originals et pour voir tous les coloris disponibles, c’est ici.

IMG_9627-400x266

 

IMG_96881-400x266

 

IMG_9518-LORES-400x266
Advertisement

ZX Flux d’adidas Originals : la saga continue

On vous en parlait en début d’année : adidas Originals a tapé dans le mille en repensant sa légendaire ZX 8000. Née il y a bientôt 35 ans et conçue par Jacques Chassaing, la ZX 8000 apparaît pendant l’avènement des tennis basses et urbaines. L’infographie de PopChart Lab sur l’évolution des sneakers est formelle : les modèles de cette époque n’ont pas pris une ride.

La ZX nous prouve sa longévité avec sa petite soeur la ZX Flux. Cette sneaker moderne et minimaliste se décline dans une large gamme de coloris et de matières. Après les modèles créés par le designer Sam Handy, adidas Originals inaugure quatre nouveaux imprimés hauts en couleurs. Et pour célébrer cette sortie, quatre artistes ont été invités à s’en inspirer et créer un univers unique autour. Voici les deux premières collaborations.

Retour dans les nineties avec la designer et plasticienne parisienne Maud Vantours. Sa matière favorite ? Le papier. Elle compose et recompose des motifs colorés afin d’obtenir des créations pop et décalées, et jouer avec les volumes. À mi-chemin entre kaléidoscope et les cocottes-mystère de notre enfance.

 photo GIFMAUDV2_zps9611356e.gif

La seconde collaboration de choc convie le DJ et réalisateur français Boston Bun. Fondu de musique electro depuis ses 16 ans, il mène de front ses deux carrières avec succès. Vous avez pu l’entendre mixer au Social Club de Paris, au Razzmataz de Barcelone, à Dour… Son interprétation de l’univers de la ZX Flux est telle on pouvait l’imaginer : psychédélique et fun, comme une soirée rondement menée.

 photo GIF1bis2mo_zps2c8ed52f.gif

La ZX Flux est disponible dans les points de vente adidas habituels. Découvrez ci-dessous plus d’images de la ZF Flux d’Adidas Originals et tous les coloris disponibles ici.

adidasMV

ZX Flux par Maud Vantours

ZX Flux par Maud Vantours

adidasBB

ZX Flux par Boston Bun.

ZX Flux par Boston Bun.

IMG_9378

IMG_9571

IMG_9559

IMG_9410

Découvrez le total look Sojeans de la semaine

Sojeans, le premier e-concept store de la culture denim en Europe vous propose, sur leur site, une variété de mix and match de produits sélectionnés avec exigence. En une phrase : une néoboutique offrant une nouvelle expérience de l’e-shopping ! 

Démocratique, incontournable, urbain et contemporain, voilà comment définir l’identité de Sojeans. Plus qu’un produit le denim est un esprit, dont les valeurs sont l’ADN de ce concept store. Outre un jeans department, Sojeans propose un dressing pointu et tendance. Les produits des marques sont sélectionnés avec un véritable parti pris, soucieux de dénicher des nouveautés et des créateurs.

 Robe Levi’s

Une exigence et une créativité qui s’incarnent dans des collections capsules exclusives, créées en partenariat avec des artistes. Un esprit qui se décline au cœur du magazine en ligne où, tous les mois, des Somix créés par les DJs les plus pointus du moment sont proposés ! Des looks ultra-fashion, des produits exclusifs, des marques pour tous les styles, des prix pour tous les portefeuilles.

 Jeans Sotch & Soda

Débardeur Rocawear

Chemise Tom Tailor

Vous êtes fan du denim et vous cherchez une fringue ultra-mode ? Un accessoire inédit ? Bonne nouvelle bénéficiez de 15% de remise avec le code KONBINI02 sur Sojeans !

(Publireportage)

La Stan Smith fait son grand retour

Fin 2011, adidas annonce l’arrêt définitif de la production de la Stan Smith. C’est toute une génération qui porte le deuil de ses années lycée, incarnées par les mythiques kicks. Coup de tonnerre : sous la pression des fans, le label aux trois bandes cède et prend la décision de relancer la production de la basket culte, Madeleine de Proust d’une jeunesse élevée au grain des années 80 et 90.

Stan Smith : Le symbole d’une génération

Originellement conçue pour les cours de tennis dans les années 70 – elle porte d’ailleurs le nom du célèbre tennisman américain vainqueur de Wimbledon en 1972, la Stan Smith fut l’un des plus gros succès commerciaux à ce jour avec plus de 40 millions d’exemplaires vendus de par le monde.

Mais au-delà des affaires de gros sous, c’est plus l’objet culte qu’est devenu la kick qu’il faut retenir.

À l’instar de l’Americana, qu’adidas avait rééditée, la sneaker est le symbole d’une génération. En annonçant l’arrêt de sa production en 2011, adidas avait filé un coup de vieux à tous ceux qui avaient été élevés au ghetto blaster, à Run DMC et au 8 Bits, qui avaient alors vécu en accéléré toute leur jeunesse dorée.

Stan is back !

Finalement, l’insistance des fans a payé : l’arrêt définitif de la chaussure emblématique n’aura été qu’un congé sabbatique de courte durée. En juin 2013, adidas annonce le retour de sa chaussure.

Et c’est ce mercredi 15 janvier que la Stan Smith l’a concrétisé. Pour marquer le coup, la marque a invité les fans à créer leur propre logo Stan Smith et à la remporter à l’aide des réseaux sociaux et notamment de Twitter.

Concours : une tenue complète Sojeans à gagner !

Sojeans, le premier e-concept store à l’esprit denim propose de vous gâter en vous faisant gagner deux tenues complètes !

(more…)

Tetris et casse-briques : Vuitton revient aux origines du gaming

On ne le sait pas assez, mais parallèlement à ses courts métrages académiques réalisés par des grands noms du 7ème art, la maison de luxe Vuitton nous pond des clips plus audacieux : mapping kaléidoscopique ou encore vidéo surréaliste digne d’un trip sous LSD. C’est dans cet esprit que la griffe a oeuvré aujourd’hui avec une vidéo vintage dédiée à l’origine du gaming. Esprit rétro et ambiance nostalgique. À la vue de ce casse-briques et du célèbre Tetris, on aurait presque la larme à l’oeil. Louis Vuitton maîtrise l’art du paradoxe : cette campagne célébrant les prémices du jeu vidéo, Back to the Future, promeut ses étuis de smartphones et tablettes dernière génération.

Bonus : l’animation interactive spécialement créée qui vous permet de revenir quelques décennies en arrière en faisant une ou deux parties de ces jeux d’arcade iconiques. Tout en partageant vos scores sur les réseaux sociaux. Parce qu’on est en 2013, tout de même.

Clarks X MF DOOM : la collab’

MF DOOM, légendaire pointure du Hip-Hop alternatif, s’associe à Clarks pour revisiter le célèbre modèle Wallabee.  (more…)

Lady Gaga sosie de Donatella pour Versace

Lady Gaga égérie estivale 2014 de Versace, cela ne nous étonne guère eu égard à l’admiration que la chanteuse porte à la fondatrice de la griffe, lui ayant même dédié une chanson éponyme sur son album Artpop. Les premiers clichés de la campagne, oeuvre du duo Mert & Marcus, sont en revanche plus surprenants : on y découvre la star en sosie de Donatella Versace… l’acide hyaluronique et le silicone en moins.

Lady Gaga sosie de Donatella Versace pour la marque éponyme

Donatella version 2.0…

Et version bêta

Cara Delevingne onirique pour i-D magazine

Pour le dernier numéro d’i-D magazine, la bombe Cara Delevingne n’a pas hésité à se prêter au jeu du maquillage arty et nous fait pénétrer dans un univers de conte de fées sous l’objectif de Richard Bush. Chevelure wild ou coupe mulet eighties, elle prend la pose tantôt d’un pantin désarticulé, tantôt d’une reine de coeur chère à Lewis Caroll. Les clichés sont loin des attitudes figées auxquelles les éditos mode nous ont habitués, et c’est tant mieux. Mais qui mieux que Cara Delevingne pouvait nous surprendre de la sorte ?

Dans l’interview accompagnant la série de photos, la jeune et turbulente top model clame haut et fort son envie de passer au 7ème art :

Je ferais n’importe quoi pour le bon rôle, je me raserais les cheveux et les sourcils, je prendrais du poids.

Espérons qu’une telle motivation paiera.

cara delevingne