En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Vidéo : quand la danse classique rencontre le beatbox

Ballet vs Beatbox, la nouvelle vidéo de la chaîne YouTube Dot Move mélange deux univers qu'on tend à opposer.

Trois danseuses classiques répètent leur chorégraphie lorsque le beatboxer Sidi Biggy fait son apparition dans la salle de ballet. Il sort son micro, commence sa performance, les danseuses suivent alors le rythme qui est en parfaite symbiose avec Le Lac des cygnes de Tchaïkovski joué au piano. La vidéo Ballet vs Beatbox nous transporte ainsi d'une salle de cours à la rue avec un mélange des genres réussi.

"Le hip-hop mérite sa place à l'opéra et le ballet dans la rue"

Après le succès de la vidéo Paris is Kissing, la chaîne YouTube Dot Move et son directeur artistique Redha Medjellekh reviennent avec Ballet vs Beatbox qui réunit deux univers que tout semble opposer. "C'est ça aussi le but de la danse, de se rencontrer et de mélanger les genres", nous affirme le chorégraphe, dont le but est de "casser les codes".

En effet, alors que la danse classique est souvent considérée comme l'apanage d'une certaine élite et que les diplômes pour enseigner la danse hip-hop, née dans la rue, sont de plus en plus demandés, Redha Medjellekh a souhaité réunir les deux genres aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur :

"Le hip-hop mérite sa place à l'opéra et le ballet dans la rue. Il faut arrêter de chercher un formatage. À vouloir trop institutionnaliser une danse, on peut la tuer. La danse est sans cesse en évolution, elle doit être en contact permanent avec la société et et ne doit pas vivre entre quatre murs pour une élite."

Restez donc attentifs, car la prochaine vidéo de Dot Move mettra en scène une danseuse atteinte d'un cancer. "Elle peut enfin reprendre la danse et nous raconte son histoire à travers une chorégraphie de forró [danse de couple brésilienne, ndlr]", nous informe Redha Medjellekh. Une histoire qui rend honneur au mantra de la chaîne : "Move no matter what."