En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Vidéo : un artiste imagine l'évolution de la peau humaine

Dans Diffusion, l'artiste japonais Kouhei Nakama propose une expérimentation visuelle sur la transformation de la peau humaine en y appliquant des textures et motifs variés.

Le règne animal regorge d'ingéniosité lorsqu'il s'agit de mettre au point une peau, une carapace ou un pelage  adapté à l'environnement : qu'il s'agisse de camouflage, de défense, de séduction ou d'attaque, la peau est un outil perfectionné par des millénaires d'évolution. Sauf chez l'humain, apparemment, qui a simplement perdu une partie de ses poils (et encore, ça dépend des gens) pour révéler un épiderme terriblement fragile, uni et pas hyper-respirant (encore une fois, ça dépend des gens). Malédiction de l'humanité : notre peau à nous est bien recouverte de motifs, les lignes de Blaschko, mais ils sont invisibles à l'œil nu. Mais en sera-t-il toujours ainsi ? À quoi ressemblera un être humain dans quelques millénaires ?

Aurons-nous une peau bioluminescente ?

Dans sa vidéo Diffusion, repérée par Courrier international, l'artiste et animateur japonais Kouhei Nakama propose différentes pistes de réflexion sur l'avenir de la peau humaine en imaginant les textures et motifs qui pourrait, dans des temps infiniment futurs, orner l'épiderme de la prochaine espèce humaine. Le résultat, généré intégralement par ordinateur, est à la fois fascinant et frustrant. Frustrant , parce qu'on se dit qu'on aimerait bien être recouvert d'une surface un peu plus bariolée, quand même.

Sur son site, Kouhei Nakama s'interroge : aurons-nous une peau bioluminescente ou serons-nous carrément un jour composés de micro-organismes indépendants ? À quel moment la mutation sera-t-elle suffisamment répandue ou significative pour que ceux qui la portent décident de se séparer de l'espèce humaine ? le transhumanisme, toujours plus proche, fragmentera-t-il cette notion d'espèce ? Les questions bioéthiques sont vertigineuses, le résultat visuellement épatant.

Science, tech, culture numérique et galéjades. Internet est mon église.