En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Pour montrer toute la beauté du sexe féminin, cette artiste le met à l’honneur

Un organe trop souvent source de complexes, alors qu’il est fondamentalement beau.

L’artiste polyvalente Jacqueline Secor s’est lancée dans une série plutôt originale de peintures de vulves et de pubis intitulée Diversity of Nature dans l’optique de lutter contre un ami qui la ronge : la dysmorphophobie.

Jacqueline Secor est une ancienne mormone, mais l’oppression des femmes dans cette communauté l’a poussée à se remettre sans cesse en question. Après avoir quitté l’église mormone, elle s’est plongée à corps perdu dans l’art. Elle s’est réapproprié son corps et sa voix en peignant des peintures qui ont pour objectif de changer notre façon de voir le sexe féminin.

(Image: Jacqueline Secor)

(© Jacqueline Secor)

1

(© Jacqueline Secor)

Pour l’artiste, la vulve s’est imposée comme le symbole de son combat personnel contre l’insécurité permanente qu’elle ressent vis-à-vis de son apparence. Mais plus que le sexe féminin en tant que tel, c’est ce qu’elle en fait qui impressionne dans sa peinture. Elle montre l’incroyable diversité de ses formes et de ses couleurs en les réinterprétant avec des éléments empruntés aux milieux végétal et animal. Plus qu’un simple élément décoratif, ce choix nous rappelle que la vulve n’est rien d’autre que nature. Ce qui, par la même occasion, jette une nouvelle lumière sur le tabou et la honte qui entourent cet organe.

"Pour moi, montrer la vulve comme un élément de la nature, ce n’est pas la rendre plus 'jolie', c’est la montrer telle qu’elle est : une partie prenante du monde naturel dont nous faisons partie."

Jacqueline Secor travaille à partir de photographies qui lui sont envoyées par des femmes du monde entier. Elle demande à chaque modèle ce qui lui conviendrait le mieux, ce qui fait que chaque peinture est personnelle et adaptée. Il lui faut environ 35 heures pour créer une œuvre, laquelle se compose de différents matériaux – acrylique, aquarelle, encre –, ce qui lui permet de donner une complexité à ces vulves, comme dans la vraie vie.

2

(© Jacqueline Secor)

Sa série Diversity of Nature a été reçue avec enthousiasme depuis sa première exposition dans l’Utah en 2015. L’artiste explique qu’elle a été contactée par de nombreuses personnes qui l’ont remerciée de les avoir aidés à voir la beauté du sexe féminin.

"Une femme m’a écrit : 'Le monde doit revoir son image des vulves : elles sont belles et sacrées.' Je suis d’accord avec elle."

Découvrez l’intégralité de la série sur le site de Jacqueline Secor et sur son compte Instagram.

4

(© Jacqueline Secor)

5

(© Jacqueline Secor)

(Image: Jacqueline Secor)

(© Jacqueline Secor)

14

(© Jacqueline Secor)

15

(© Jacqueline Secor)

17

(© Jacqueline Secor)

(Image: Jacqueline Secor)

(© Jacqueline Secor)

À lire -> Le premier musée du vagin au monde devrait ouvrir ses portes en Angleterre