En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Ce photographe va vous faire regarder la ville sous un autre angle

Loïc Vendrame, jeune Lyonnais de 26 ans, se passionne pour la photographie d’architecture graphique et minimaliste. Un style abstrait qui célèbre les formes géométriques, les lignes de fuite et la symétrie des décors urbains.

Avec un petit faible pour les façades d’immeubles et les cages d’escaliers, Loïc donne aux villes qu’il explore à travers le monde une allure renversante et ce, sans recourir à Photoshop. Une façon artistique et créative de redonner leurs lettres de noblesse aux métropoles, souvent considérées comme des environnements bien trop gris. Tour du monde en couleur de ces paysages urbains du quotidien vus par un autre œil et sous un autre angle, décryptés grâce aux explications de l’intéressé.

Pink smile (Melbourne, 2014) - Photo Loïc Vendrame

Pink Smile, Melbourne, 2014 (© Loïc Vendrame).

Konbini | Tes photos sont très créatives, où trouves-tu cette inspiration ?

Loïc Vendrame | L'architecture contemporaine me permet d'exprimer ma créativité, en trouvant des angles de prises de vue, en jouant avec des formes et des lignes qui peuvent montrer autre chose que la nature initiale du bâtiment photographié.

Les environnements urbains sont en constante évolution, et ce sont généralement les nouvelles constructions qui m'inspirent le plus. Les bâtiments avec beaucoup de volumes et de couleurs sont mes priorités.

K Quels sont les mouvements architecturaux qui forment la base de ton travail ? 

À mes débuts photographiques j'ai été très attiré par la période Art nouveau et Art déco. Puis, plusieurs grands architectes ont inspiré mon travail : d'abord Le Corbusier, puis des architectes plus contemporains comme Santiago Calatrava, Zaha Hadid, Norman Foster. Et des architectes qui travaillent la couleur comme Manuelle Gautrand, l'agence Sauerbruch Hutton ou encore X-TU architectes.

Moon dunes field (Melbourne, 2014) - Photo Loïc Vendrame

Moon Dunes Field, Melbourne, 2014 (© Loïc Vendrame).

White sand dunes (Marseille, 2015) - Photo Loïc Vendrame

White Sand Dunes, Marseille, 2015 (© Loïc Vendrame).

Concrètement, tu t'y prends comment pour faire une photo d'architecture bien graphique ? 

Soit je fais du repérage en amont sur Internet, soit je pars en exploration dans un lieu où je sais qu'il y a des bâtiments intéressants et je me laisse inspirer sur place. Je peux parfois rester plusieurs heures sur un même bâtiment afin de trouver plusieurs angles intéressants.

La lumière est un facteur clé à prendre en compte : il faut connaître l’exposition du bâtiment et choisir la meilleure heure pour le photographier selon le rendu souhaité. Je photographie principalement par beau temps, avec un ciel bien bleu. J’aime aussi jouer avec les nuages quand j’arrive à en isoler un et le mettre dans ma composition.

Choose your pill (Paris, 2015) - Photo Loïc Vendrame

Choose Your Pill, Paris (© Loïc Vendrame).

Blue neon (Bangkok, 2014) - Photo Loïc Vendrame

Blue Neon, Bangkok, 2014 (© Loïc Vendrame).

Purple Northern brick (Bethune, 2015) - Photo Loïc Vendrame

Purple Northern Brick, Béthune, 2015 (© Loïc Vendrame).

Quelles sont tes principales contraintes ? 

Le plus compliqué est très souvent de trouver le bon emplacement pour un cadrage réussi. Il faut jouer avec l’espace urbain environnant (manque de recul, obstacles dans le champ) et les murs ne sont pas extensibles, donc il faut parfois abandonner l’image que l’on s’était construite dans la tête.

Quelle ville t’as le plus influencé jusqu’alors ?

Melbourne est une ville passionnante pour les photographes d'architecture, et de loin l'endroit où j'ai le plus pris de plaisir à photographier. C'est un véritable "laboratoire" de créativité architecturale, toujours en ébullition, avec des bâtiments très colorés, futuristes et avec beaucoup de volumes.

Cyclone eye (Lyon, 2012) - Photo Loïc Vendrame

Cyclone Eye, Lyon, 2012 (© Loïc Vendrame).

Orbiting satellite (Rennes, 2015) - Photo Loïc Vendrame

Orbiting Satellite, Rennes, 2015 (© Loïc Vendrame).

RED-emption (Grenoble, 2014) - Photo Loïc Vendrame

RED-emption, Grenoble, 2014 (© Loïc Vendrame).

Transformes-tu beaucoup tes photos par ordinateur ?

Je développe mes photos avec Lightroom, et passe peu de temps en post-production. J'ai appris avec le temps à m'appliquer au mieux lors de la prise de vue, pour avoir le moins de travail à faire sur la photo par la suite. Il est parfois compliqué, voire impossible, de reprendre certaines photos si l'on n’a pas fait attention à ce moment-là.

Ton travail est de plus en plus publié dans des magazines spécialisés. Est-ce que tu comptes un jour vivre de ta passion ?

Pour l'instant, la photo est simplement une passion. Je participe aussi à des concours et à des expositions pour avoir des retours sur mon travail. Mais j'aimerais à terme développer une activité photographique professionnelle et proposer mes images à des cabinets d'architecture.

Seasick (Montpellier, 2014) - Photo Loïc Vendrame

Seasick, Montpellier, 2014 (© Loïc Vendrame).

Snake (Melbourne, 2014) - Photo Loïc Vendrame

Snake, Melbourne, 2014 (© Loïc Vendrame).

Rainbow stairs (Bron, 2015) - Photo Loïc Vendrame

Rainbow Stairs, Bron, 2015 (© Loïc Vendrame).

Retrouvez le travail de Loïc Vendrame en intégralité sur son site Internet Loicvendramephotography.com ainsi que sur ses pages Facebook et Instagram. Son livre Visions architecturales est également disponible.

A lire : Victor Enrich, le photographe qui déforme les villes