En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

londonnienne

Des Londoniennes se déshabillent afin de dénoncer les normes de beauté

Dans une société où les normes de beauté sont omniprésentes, la pression sur notre image corporelle est écrasante. Mal dans notre peau, la perception négative et handicapante de notre corps peut se transformer en autodestruction. 

(Photo: StyleLikeU)

© StyleLikeU.

StyleLikeU tente de briser avec force ces barrières néfastes à travers son What’s Underneath Project. Pour ce projet, un groupe de femmes se déshabillent et parlent de leurs problèmes d'image corporelle les plus éprouvants afin de promouvoir l'amour-propre et la confiance en soi.

Vous vous souvenez peut-être de l'équipe mère-fille qui passa à Londres l'année dernière accompagnée de Konbini pour y interviewer Olivia Campbell, mannequin "grande taille", Charli Howard, mannequin et activiste, et Adwoa Aboah, mannequin et fondatrice de la plateforme Gurls Talk.

De retour à Londres, The What’s Underneath Project a filmé six femmes au Southbank Centre à Londres, pour une nouvelle série d'histoires radicalement honnêtes qui défient notre culture où il faut sans cesse se conformer aux normes de beauté. La grande différence est que cette fois-ci, les sujets de la série ont répondu à un appel ouvert.

Alors qu'elles discutent des barrières qui les empêchent d'être elles-mêmes, elles retirent leurs vêtements face au public, montrant à quel point ce qui compte se trouve sous les apparences, tout en faisant la promotion d'un monde où "s'habiller chaque matin est un acte d'amour-propre".

"Nous avons toujours pensé que pour que quelqu'un soit vraiment à l'aise lors de l'interview, il fallait que cela soit intime et qu'il y ait peu de personnes présentes", explique Elisa Goodwin, l'une des co-fondatrices de StyleLikeU. "Nous étions donc un peu sceptiques face à l'idée de faire cela en public."

"Cette expérience s'est avérée être l'une des choses les plus magiques et les plus parfaites qui soient. Cela n'a pas endommagé l'intimité et l'honnêteté de l'interview, au contraire. C'était très émouvant de voir des personnes qui désiraient réellement participer. Mais si elles ne se sentaient pas capables de le faire, elles rejoignaient le public, qui restait complètement silencieux et encourageant, ravi de simplement observer. C'était extraordinaire et n'a aucunement gâcher les histoires et ce qui en est ressorti."

Dans cette série d'interviews à l'état brut, Roberta ouvre la discussion en s'exprimant sur le fait d'être grande et de se sentir mal à l'aise et délaissée par la culture de la mode en masse ; Brittany, elle, raconte comment elle a guéri de son anorexie après un séjour de deux jours dans un centre ; Sia explique qu'elle devait à l'époque se voiler des pieds à la tête, mais qu'elle se rebelle désormais contre sa famille musulmane britannique.

Tinica parle de son sentiment de rejet de la communauté noire à cause de son manque de formes ; Nadia dévoile comment elle a dû quitter tous les médias sociaux à cause de son angoisse liée à l'image ; et Gretta raconte la découverte de sa nouvelle identité depuis que son mari l'a quittée après 30 ans de mariage.

Selon Elisa et Lily, les participantes sont arrivées en masse au Southbank Centre et avaient hâte de se déshabiller, d'ouvrir leur cœur et de se laisser porter par l'amour du public. Étonnamment, un grand nombre de complexes partagés par ces femmes ont ému les spectateurs jusqu'aux larmes.

Elles racontent que cette expérience les a transformées – Elisa et Lily, les participantes, et tous ceux qui les ont regardées, écoutées et soutenues

Regardez la toute première bande-annonce de What’s Underneath: Open Call ci-dessous. La série est sortie sur la chaîne YouTube de StyleLikeU ce lundi 19 décembre.

 

Part time puncess. Pitches, tips and nudes to lydia.morrish@konbini.com