En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

INDIAresized

En images : la nudité rétro-kitsch de Nadia Lee Cohen

La photographe Nadia Lee Cohen dresse le portrait parfois sévère d'une Amérique rétro qui la fascine, entre glamour et décadence.

© Nadia Lee Cohen

© Nadia Lee Cohen

Nadia Lee Cohen est l'un des nouveaux talents de la photographie qu'il va falloir suivre de très près. À seulement 24 ans, la jeune femme a déjà construit un univers visuel très reconnaissable, nourrit d'influences rétro et érotiques. Tout juste diplômée du London College of Fashion après cinq années d'études, l'artiste aime jouer avec la mode sans pourtant que ce soit l'élément central de son travail, comme pourrait le suggérer sa formation.

Contactée par Konbini, elle raconte :

J'aime beaucoup la mode, mais je ne suis pas tellement intéressée par les photos de mode. J'ai effectivement fait une école de mode donc c'est sûr que cet élément se glisse dans mon travail, mais je suis surtout passionnée par le cinéma.

Flirtant avec la vulgarité, ses clichés s'amusent des codes du monde de la mode en y injectant une esthétique kitsch et surnaturelle. Ses modèles offrent leurs lèvres et courbes - parfois très généreuses - à l'objectif avec défi ou tristesse, toujours dans un monde ultra coloré. Tout semble très étudié, et les compositions sont faites avec beaucoup de minutie.

Une fascination pour l'Amérique populaire des années 50

Pourtant, son goût pour la photographie et surtout l'idée qu'elle-même pourrait un jour en faire est venu assez tard. Elle explique :

Ma meilleure amie et moi nous prenions souvent en photos, mais elles étaient moches. Au fur et à mesure, nous nous sommes améliorées. Lorsque j'étais à l'école, j'ai fait beaucoup de stylisme et de conception de décor, mais je me suis rendue compte que je pouvais prendre de belles photos il y a seulement deux ans. C'est là que ça a vraiment commencé.

3

© Nadia Lee Cohen

De ses photos transpire une fascination pour les États-Unis des années 50 et 60. Une obsession née des films dont elle se nourrit depuis son enfance :

J'ai vu énormément de films, et j'ai passé du temps à Los Angeles pour la première fois l'année dernière. J'ai été fascinée par les paysage, j'ai eu ce sentiment étrange que rien n'était réel.

Son amour de l'image et nombre de ses inspirations viennent donc de sa passion pour le cinéma. Lorsqu'on lui demande ses réalisateurs préférés, elle cite Stanley Kubrick, Harmony Korine, David Lynch, Quentin Tarantino, John Waters, Wes Anderson, Park Chan-Wook tout en disant qu'elle "pourrait faire une liste très longue".

Une critique de la société de consommation ?

Ainsi, on retrouve dans ses clichés des personnages très stéréotypés. Parmi eux, un grand nombre de pin up aux faux airs de Marilyn Monroe, qui semblent tour à tour provocantes, mélancoliques ou même effrayantes :

La plupart des modèles sont des amies à moi qui ont un visage intéressant, que j'habille de façon à créer un véritable personnage. Pour les autres, ce sont souvent des gens que je rencontre via des plateformes comme Instagram.

© Nadia Lee Cohen

© Nadia Lee Cohen

Si l'on ressent très clairement une certaine critique de la société de consommation et de ses dérive - qui émerge dans les années 60, Nadia Lee Cohen préfère laisser une libre interprétation aux spectateurs, pour qu'ils déploient leur imagination en regardant ses clichés :

Je veux juste prendre une photo qui combine le côté esthétique à de vrais éléments narratifs. Je préfère que le spectateur se fasse sa propre idée sur ce que signifie la photo. Qui suis-je pour dire ce qu'il faut en tirer ?

Autre thématique : la femme objet, nue et exposée à des diktats dont elle peine à se libérer. La femme est sur certains clichés glorifiée, mais la plupart du temps, elle fait office de poupée très maquillée. Parfois sans expression, les personnages sont des fantasmes sexuels désabusés, de la secrétaire à la pin up.

Outre des influences cinématographiques, la jeune anglaise adore le travail de Philip Lorca Dicorcia, William Eggleston, Cindy Sherman, Richard Billingham ou encore Nan Goldi. Des photographes dont l'aura se ressent parfois dans certains clichés de Nadia Lee Cohen, tant au niveau des palettes de couleurs que de la lumière ou des sujets explorés. Un (très) prometteur début de carrière dont le talent ne demande qu'à se déployer.

© Nadia Lee Cohen

© Nadia Lee Cohen

© Nadia Lee Cohen

© Nadia Lee Cohen

© Nadia Lee Cohen

© Nadia Lee Cohen

© Nadia Lee Cohen

© Nadia Lee Cohen

© Nadia Lee Cohen

© Nadia Lee Cohen

J'aime bien rigoler à mes propres blagues. Tout ce qui est félin et ciné par ailleurs.