En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

fintan-magee-1-810x425

En images : quand le street art défend notre planète

Une image vaut mille mots.

Parce qu’il s’invite dans notre quotidien sans que nous n’ayons à faire la démarche d’aller vers lui, le street art tient une place particulière dans le monde des arts visuels. Par le biais d’une seule image, il va droit au but et parvient à véhiculer au plus grand nombre des messages simples sur des sujets parfois graves.

En effet, régulièrement, les street artists les plus populaires s’emparent de problématiques importantes et universelles. À commencer par l’environnement, le réchauffement climatique, et le traitement réservé aux animaux. Leurs œuvres captivantes nous poussent à la réflexion. Elles nous offrent de nouvelles perspectives et nous montrent comment un problème de société peut être représenté dans l’art.

Nous avons sélectionné pour vous un florilège de ces œuvres :

Drowning While Standing, Fintan Magee

L’artiste australien Fintan Magee est connu pour ses grandes fresques élaborées, visibles un peu partout dans le monde. Sa dernière œuvre, Drowning While Standing ("Noyé debout", pourrait-on traduire), a été réalisée à l’occasion du festival Urban Vision, dans la petite ville italienne d’Acquapendente, et évoque le réchauffement climatique. L’artiste écrit :

"Avec la montée des eaux et des températures, la décoloration des coraux devient une réalité visible. Les jeunes se sentent ignorés par les politiciens qui se concentrent surtout sur les électeurs plus âgés et les baby-boomers. […] Beaucoup d’entre eux se sentent ignorés, déconnectés de la politique, et de plus en plus cyniques au sujet du futur de la planète."

A post shared by Fintan Magee (@fintan_magee) on

"Alors que les États-Unis se sont retirés de l’accord de Paris, cette fresque montre un jeune homme en train de se noyer debout. Son visage est enfermé dans du plastique, alors que l’eau monte autour de son visage, étouffe sa voix, le rendant muet et incapable de respirer."

A post shared by Fintan Magee (@fintan_magee) on

Nevercrew

Pour sa dernière série, Nevercrew s’est attaqué à la relation qu’entretient l’humanité avec la nature. Pour cela, le duo s’est rendu en France, au Danemark, en Italie et au Canada. Derrière le nom "Nevercrew" se cachent les Suisses Christian Rebecchi et Pablo Togni. Ils sont connus pour leur intérêt pour l’environnement et l’exploitation des ressources naturelles. Ils travaillent plus particulièrement sur la manière dont les installations humaines épuisent les ressources de la planète. Voyez par vous-mêmes…

A photo posted by NEVERCREW (@nevercrew) on

A photo posted by NEVERCREW (@nevercrew) on

A photo posted by NEVERCREW (@nevercrew) on

A photo posted by NEVERCREW (@nevercrew) on

A photo posted by NEVERCREW (@nevercrew) on

Banksy

Très sensible aux grandes causes et à l’injustice, Banksy a réalisé de nombreuses œuvres sur le thème de l’environnement. L’artiste (dont on ignore toujours l’identité) sème son art partout dans le monde, au hasard des rues. Avec finesse, poésie et un cynisme parfois acerbe, il envoie des messages forts à travers son travail.

A post shared by V I C M M A N S (@vicmmans) on

A post shared by NAKID (@nakid_magazine) on

A post shared by Celineeweenie (@honu26) on

Pejac

Le street artist espagnol Pejac incorpore souvent des objets du quotidien dans ses œuvres, principalement quand il souhaite aborder le sujet de la gestion des déchets. Célèbre pour son propos politique, son travail peut être vu dans les rues de Moscou, Londres, Paris, Milan et Istanbul. Son œuvre World Is Going Down The Drain est visible à Paris.

A photo posted by Pejac (@pejac_art) on

A photo posted by Pejac (@pejac_art) on

Roa

Basé en Belgique, son pays d’origine, Roa s’est fait connaître grâce à ses nombreuses fresques abordant le problème du droit des animaux et leur place dans le monde. Généralement en noir et blanc, elles sont parfois éclairées de touches de couleur vive. Roa travaille lui aussi aux quatre coins de la planète, et s’attache généralement à représenter les animaux de la région du monde où il se trouve.

A photo posted by ATM Spray (@atmspray) on

Blu

On ne sait que très peu de choses du street artist italien Blu, qui veille à garder son identité secrète. Les fresques qu’il peint sont immenses, et parlent généralement de politique et de changement climatique. Il se distingue par son style particulier et le fait qu’il peint généralement dans des zones urbaines ou industrielles.

The Legend of Giants, Natalia Rak

Natalia Rak est une street artist basée en Pologne. On lui doit des fresques colorées et figuratives qui représentent presque systématiquement des femmes. Son œuvre The Legend of Giants, a été réalisée à Białystok, en Pologne, dans le cadre du festival Folk on the Street.

A post shared by Denis Balyko (@denisbalyko) on

A post shared by Natalia Rak (@nataliarakart) on

Nemo

L’Italien Nemo se distingue par les mises en scène de ses personnages aux visages difformes, qu’il utilise pour raconter des histoires ou partager des idées avec une pointe d’humour noir.

A post shared by Nemo's (@whoisnemos) on

A post shared by ITISARTIME (@itisartime) on

July i

Cet artiste basé à Toronto donne son point de vue sur l’état de la planète et la cruauté des hommes envers les animaux à travers son art satirique. En toute simplicité, il déclare à propos de son travail : "J’aime montrer ce que les humains nous font."

Traduit de l’anglais par Sophie Janinet