En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Le projet fou de deux architectes pour remodeler Central Park

Deux architectes proposent d'abaisser Central Park de 100 mètres et de l'entourer d'un "mur réfléchissant" d'immeubles. Démesuré.

0579-0

Le projet des architectes Yitan Sun et Jianshi Wu. (© eVolo)

On vous prévient tout de suite, le projet ne verra bien évidemment jamais le jour. Mais l'idée, révolutionnaire, pourrait bien se concrétiser dans une autre ville, et nous forcer à repenser intégralement notre conception du paysage urbain. Les gagnants du prix de design de gratte-ciel eVolo, les Américains Yitan Sun et Jianshi Wu, se sont attaqués à l'une des structures les plus iconiques du monde, Central Park, en plein cœur de Manhattan, et ont essayé de réfléchir à la façon de "rendre le parc accessible à plus de gens".

Et leur idée est complètement dingue : creuser les fondations du parc pour le faire descendre 100 mètres au-dessous du sol de Manhattan, utiliser la terre déblayée pour construire un relief –  de véritables montagnes artificielles – avant d'entourer le nouveau parc d'un enclos d'immeubles de 300 mètres de haut pourvu d'une surface réfléchissante.

0579-0

© eVolo

hjqk6nwtgjfn36skjwzf

© eVolo

Pour ses créateurs, le design du projet bénéficierait à tout le monde : à la ville, d'abord, qui se retrouverait avec un gratte-ciel horizontal de 11 kilomètres de surface habitable, composé de lofts pour millionnaires avec vue directe sur le parc ; au public, ensuite, qui pourrait profiter des deux kilomètres carrés du parc entièrement refait et, grâce au matériau réfléchissant, avoir une impression d'espace démultipliée et un parc enfin correctement éclairé par la lumière du jour.

Comme le souligne Tech.Mic, la construction d'une colossale clôture de verre et d'acier d'un kilomètre de haut autour du parc semble au premier abord difficilement compatible avec l'ambition d'ouvrir son accès au grand public, et le risque de voir Central Park se transformer en gigantesque jardin privé pour élites, avec gardien à l'entrée, serait bien réel. Heureusement, on nage là en plein délire futuriste.

Science, tech, culture numérique et galéjades. Internet est mon église.