En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Warm Up : Tim Dup, la sensation française qui va vous faire oublier Fauve

Dans WARM UP, on réalise un focus sur un artiste dont vous allez (sûrement) entendre parler dans les mois à venir. Aujourd'hui, place à Tim Dup. On fait les présentations, en dix questions.

yanis

Un seul titre : "TER Centre". Les bruits des trains qui passent, un piano, simple, et puis une voix. L'émotion qui transparaît, les mots utilisés happent et ne lâchent plus. Oui, ils parlent du quotidien, ici dans la description des allers et retours dans les transports en commun, mais le résultat est si bien amené, par des arrangements électroniques comme acoustiques qui font penser aux débuts d'Air, que le propos ne tombe pas dans l'écueil de la chiante variété française.

À quelques jours de la sortie de son tout premier clip, on est allé poser quelques questions à Tim Dup. Après écoute des quatre minutes de "TER Centre", son premier vrai titre, on est descendu à l'arrêt "présentation".

Qui es-tu ?

Je suis un jeune mec de 21 ans, passionné de musique.

D'où est-ce que tu viens ?

De Rambouillet, en région parisienne. Mais je pense que personne ne vient d'un seul endroit. En tout cas, je n'ai pas d'attachements particuliers, et mes origines, comme chaque lieu étranger que je visite, me donnent l'impression qu'ils m'appartiennent aussi un peu.

Tu fais quoi dans la vie ?

Je suis étudiant en médias et communication, à Paris. Et, à côté, je fais de la musique, je chante, j'écris, je compose.

Quand as-tu commencé la musique ?

À l'âge de 7 ans, avec le piano. Le chant et l'écriture sont venus plus tard, autour de 12 ans.

Tu nous fais écouter ?

Est-ce que tu as eu différents projets avant d'en arriver là ?

Rien de bien sérieux, un groupe de copains au lycée. Puis un autre avec des amis de fac, avec qui j'ai appris à écouter, ne pas trop en mettre, aller à l'essentiel.

Quelles sont tes inspirations et/ou influences musicales ?

Petit, on m'a sensibilisé à la folk, à la pop et au rock, avec les Beatles, Bob Dylan, Cat Stevens. Mais on écoutait de tout à la maison, notamment de la chanson française : Brel, Ferré, Gainsbourg, Brassens, Moustaki. Ma formation au piano m'a fait étudier la musique classique et les rythmes latins, cubains. Aujourd'hui, j'écoute de tout, du rap, des musiques électroniques, du funk. J'aime passer de Gaël Faye aux Cure, sans logique aucune. Je dirais, pour paraphraser Kant, que la musique est la langue des émotions. Donc, le style, je m'en fous, tout m'inspire !

Comment est-ce que tu composes ?

J'écris quand me vient une émotion, donc de manière assez spontanée. Ça peut être une rencontre, au contact de la nature, au cours d'un voyage. Immédiatement, j'aime saisir cet instinct et poser les mots comme je les sens. Cela donne souvent des textes "fleuves", parfois sans aucune structures, mais je trouve que cette spontanéité rend le message plus fidèle, sans frontières ni artifices. Pour la composition, c'est différent : cela vient en tâtonnant, en touchant mon clavier, en essayant. Je peux m'inspirer d'une mélodie entendue au rayon surgelés comme vouloir créer de toute pièce un morceau. À la fin, il m'importe seulement que la musique et les paroles soient au même niveau d'importance, 50/50.

Tu as un message ?

Ce n'est un message que s'il y a du monde pour l'entendre. Le mien n'est pas politique, engagé. Il est juste l'expression de mes ressentis, de mes émotions. Alors, s'il arrive à toucher des gens, là c'est un message. En tout cas j'aime le fait que les personnes puissent se l'approprier et le comprendre comme ils le veulent. Et puis en français, on attend beaucoup des paroles, qu'elles puissent signifier quelque chose. Donc, oui, il y a un message, qui se veut en tout cas simple et naturel.

Je pense que la meilleure condition pour écouter ma musique est de le faire n'importe où et n'importe quand, mais en présence de monde, de concret. Parce que mes chansons parlent des gens. J'adore regarder les visages dans le métro ou dans la rue, m'imprégner de chaque rencontre.

Comment est-ce que tu définirais ton projet ?

Difficile cette question. Artistiquement, c'est un projet entre chanson française, hip-hop et électronique. Après, je le définirais comme une chance et une opportunité incroyable de partager des moments et des émotions, comme pendant les concerts.

Journaliste culture depuis 1956. Musique, cinéma et un peu de photographie.