Vidéo : Eternal Sunshine of the Spotless Mind aurait pu être encore plus badant

shares

En replaçant les scènes coupées du long-métrage de Michel Gondry, Film Radar démontre tout le pouvoir du montage – et son influence sur nos sentiments.

(© Focus Features)

Dans Eternal Sunshine of the Spotless Mind, le torturé Joel (incarné par Jim Carrey, qui a su prouver avec ce rôle qu’il maîtrisait tout aussi brillamment la sobriété) cherche à effacer les souvenirs de son histoire tumultueuse avec Clementine (campée par la talentueuse Kate Winslet), qui le hantent depuis leur rupture douloureuse.

Tout au long du film, le spectateur traverse ce processus de "deuil" avec Joel, pour qui il développe inévitablement une empathie sans borne. Mais ce sentiment aurait pu être bien différent si un personnage n’avait pas été évincé du tableau : celui de Naomi, son ex-petite amie.

Bien que l’actrice Ellen Pompeo (Grey’s Anatomy) ait tourné plusieurs scènes avec Jim Carrey, Michel Gondry et la monteuse Valdís Óskarsdóttir ont en définitive choisi de ne pas les inclure, car elles auraient pu biaiser la perception que le spectateur a du protagoniste principal. Cependant, par curiosité, le collectif Film Radar s’est attelé à replacer ces scènes coupées dans le film, afin d’observer l’impact qu’elles auraient eu sur l’histoire et nous offrir au passage de nouvelles perspectives.

Si la chronologie de l’idylle entre Joel et Naomi demeure assez floue dans le film, c’est parce qu’elle aurait risqué de remettre en question la singularité de l’histoire d’amour centrale.

L’un de moments les plus touchants du long-métrage présente un Joel visiblement nerveux, en train d’appeler Clementine pour la première fois depuis leur rencontre. Mais l’une des scènes coupées, placée juste avant celle-ci, le voit décrocher ce même téléphone pour appeler plutôt Naomi, à qui il demande une seconde chance, laissant au coup de fil suivant une impression de choix par défaut plutôt que d’évidence : aurait-il réellement appelé Clementine si Naomi avait accepté ?

Une autre scène coupée nous apprend également que Joel est encore avec Naomi lorsqu’il rencontre Clementine sur la plage. Même s’il décide de rompre avec elle juste après, il lui affirme que "ce n’est pas à propos de quelqu’un d’autre". Cet élément qui pourrait sembler anodin aurait pourtant risqué de remettre en question la sincérité de son histoire d’amour avec Clementine, faisant passer par la suite la timidité de Joel pour de la culpabilité, et expliquant le fait qu’il soupçonne aussi rapidement cette dernière de le tromper (Joel aurait projeté ses propres erreurs sur leur relation en péril).

On comprend ainsi que ces scènes auraient pu troubler le cours de l'histoire d'amour. Or il était crucial que le spectateur croie profondément à cette dernière, afin qu'il ait autant de mal que Joel à s'en séparer. C’est là toute la force de l’histoire.

Quant à la décision de maintenir malgré tout le nom de Naomi dans le film, elle semble tomber sous le sens au vu de l’histoire développée : ce n’est pas parce qu’un souvenir s’estompe qu’il n’a pas existé.