En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Une sélection de films metal pour Halloween (et la bouffe qui va avec)

Vous restez chez vous pour Halloween ? Profitez de rester sous la couette pour découvrir sept films metal et l'accompagnement culinaire qui leur convient.

Miam. (© Deathgasm, MPI Media Group ; New Zealand Film Commission ; Timpson Films)

Miam. (© Deathgasm, MPI Media Group ; New Zealand Film Commission ; Timpson Films)

La nuit d'Halloween approche, mais soyons sérieux deux minutes : vous avez passé l'âge de hanter le voisinage pour récolter des bonbecs auprès de vos voisins. Et on n'habite pas aux États-Unis. De toute façon, vous avez toujours préféré les frites aux Carambar. Et une bonne fois pour toutes, QUI sculpte des citrouilles, au juste ?

Donc oui, merci d'avoir posé la question : vous avez le droit d'espérer mieux de la seule fête païenne dont notre société s'est (plus ou moins) souvenue qu'une cuite entre post-adolescents déguisés en Joker ou Harley Quinn. Vous avez droit à une soirée qui flatte vos yeux, cajole vos oreilles, caresse vos papilles et cultive votre goût aigu pour le frisson, le vrai. Ce droit, personne ne peut vous l'enlever.

Konbini vous propose une sélection de films metal (car quoi de plus Halloween que le metal ?) accompagnés d'une suggestion gastronomique qui saura magnifier la caricature d'humanité que vous découvrirez à l'écran. Deux films de fictions, un film d'animation, trois documentaires, un court métrage... et pour chacun, son accompagnement culinaire.

Deathgasm – Jason Lei Howden (2015)

Pourquoi c'est cool : bon, c'est la nuit d'Halloween, pas un cours de sociologie du metal. Si tout ce que vous espérez est un slasher bien troussé sur fond de musique saturée, Deathgasm est fait pour vous. Vous y rencontrerez Zakk et Brodie, deux ados paumés qui partagent leur temps entre la boutique de vinyles et le garage où ils répètent avec leur groupe de losers... jusqu'au beau jour où ils découvrent une mystérieuse partition dont les notes, une fois jouées, déchaînent rien de moins que l'Apocalypse.

Cette comédie gore a tout pour plaire : des vannes bien senties, un aspect teen movie rafraîchissant, des litres d'hémoglobine, du rythme et une BO en acier. Si vous n'êtes pas convaincu, sachez qu'à un moment épique du film, les héros massacrent des zombies armés de godemichés. Just sayin'.

Degré de compatibilité avec des non-métalleux : 85 %.

On accompagne avec : un bac d'un litre de glace vanille pour le côté Scott Pilgrim, qu'on arrosera généreusement de 25 centilitres de coulis à la fraise pour le côté Braindead.

Green Room – Jérémy Saulnier (2015)

Pourquoi c'est cool : Green Room n'est pas à proprement parler un film metal, mais plutôt punk. Mais avouez que l'histoire d'un groupe punk piégé dans un club par des skins néonazis qui leur promettent l'enfer sur terre, ce n'est pas très Charlie.

Révélé à Cannes en 2015, Green Room a séduit nos critiques ciné et rappelle que de l'horreur au rire, il n'y a qu'un pas que le film de genre franchit parfois avec élégance. Le seul slasher qui vous fera hurler "Oï !" le poing tendu vers l'écran.

Degré de compatibilité avec des non-métalleux : 95 %

On accompagne avec : le meilleur du catering de concert punk à savoir, au choix, un gigantesque couscous végé à partager, avec pois chiches, navets, courgettes, carottes et bôôôôcoup de sauce tomate. Pour boire ? Bières en cannette, what else ?

Métal Hurlant – Gerald Potterton (1981)

Pourquoi c'est cool : attention : objet culte. En cette nuit d'Halloween, réveillez le fan de rétro-SF qui sommeille en vous et tapez-vous ce trip régressif qu'est Métal Hurlant (ou Heavy Metal dans sa VO), un film d'animation où tout est délicieusement ringard : ses dessins, ses couleurs, ses effets spéciaux, son rapport à la femme, à la drogue, et au cinéma tout simplement.

Sacré nanar qui n'a que l'ambition de dépeindre l'humour trash des auteurs de la revue du même nom (parue aux Humanoïdes associés à partir de 1975), Métal Hurlant a quelque chose que les autres films n'ont pas : compiler sexisme, mauvais goût, immaturité et crypto-fascisme à une bande-son raffinée qui convoque la crème : Trust, Black Sabbath, Sammy Hagar, Cheap Trick, Blue Oÿster Cult et bien d'autres.

Degré de compatibilité avec des non-métalleux : 90 %

On accompagne avec : au nom de la régression, du mauvais goût et du crypto-fascisme, payez-vous donc un MacDo, et qu'on n'en parle plus.

Blackhearts – Fredrik Horn Akselsen, Christian Falch (2016)

Pourquoi c'est cool : "Jusqu'où iriez-vous pour la musique que vous aimez ?", voilà la question que pose ce documentaire fascinant en préambule. Ce film fascinant suit le quotidien d'Hector, Kaiadas et Sina, trois musiciens de black metal qui vivent (ou vivaient) respectivement en Colombie, en Grèce et en Iran.

Le premier, Hector, est un dévot sataniste pur jus – mais il a l'air sympa. Tellement sympa même, qu'il a laissé les caméras des réalisateurs Fredrik Horn Akselsen et Christian Falch tourner lors de la messe noire qu'il a conduit avec ses amis et son groupe Luciferian pour leur porter chance lors de leur tournée en Norvège (à voir dans l'extrait vidéo ci-dessous).

Pour Kaiadas, c'est plus compliqué : bassiste-chanteur de Naer Mataron la nuit, il est député pour le parti néo-nazi Aube dorée le jour. Au moment où a été tourné le documentaire, il faisait face à une accusation d'appartenance à une entreprise criminelle et risquait vingt ans de prison.

Le dernier c'est Sina, l'un des rares musiciens de black metal en Iran : au pays gouverné par Ali Khamenei, jouer une musique aussi blasphématoire est interdit par la loi. Son portrait, passionnant, montre un jeune homme aussi talentueux que courageux : en allant jouer avec son groupe From the Vastland en Norvège, ne risque-t-il pas la prison s'il rentre dans son pays natal ?

"De nombreux individus traitent le black metal comme une religion, c'est aussi sérieux que ça. [...] Il y a quelque chose dans le black metal qui touche ton âme", nous explique Christian Falch. Ce genre de musique, en Norvège, est devenu extrêmement populaire : "Ça a commencé comme quelque chose d'effrayant et d'obscur, et c'est devenu partie intégrante du patrimoine national très rapidement", rembobine-t-il.

"Savais-tu que les gens qui souhaitent être employés par le ministère des Affaires étrangères norvégien doivent passer un examen sur le black metal avant de travailler dans une ambassade étrangère ?", nous interroge-t-il.

Ce film montre ce qu'on est prêt à sacrifier pour sa passion : des années en prison, son âme, son pays natal... Un must see pour tout exalté de black metal, de metal, ou simplement de musique.

Degré de compatibilité avec des non-métalleux : 50 %

On accompagne avec : du tzatziki grec avec du pain à l'apéro, une soupe sancocho colombienne en entrée, puis un kabab koobideh iranien pour finir.

Necronomica – Kyle & Cliff Bogart (2013)

NECRONOMICA from Kyle Bogart on Vimeo.

Pourquoi c'est cool : après le départ de leur batteur Mortimus, Absu et Borknarg se sentent bien seuls. Doivent-ils continuer leur groupe, Necronomica, seulement tous les deux ? Parviendront-ils à devenir le groupe le plus evil de tous ? Leur amitié et leur passion survivront-elles à la crise d'identité qu'ils sont en train de traverser ? Mais surtout, que fait cette tête de bouc dans le frigo ?

Les réponses à ces questions sont toutes dans Necronomica, ce court-métrage d'une dizaine de minutes qui a eu les honneurs du festival South by Southwest en 2013. Avec ses questions existentialistes, son fond psychanalytique et son humour pincé, Necronomica vous montrera qu'au fond, le black metal et ses turpitudes sont des sujets que Woody Allen pourrait très bien aborder un jour.

Degré de compatibilité avec des non-métalleux : 50 %

On accompagne avec : de la viande d'agneau (grillé) et du vin rouge.

Heavy Metal Parking Lot – John Heyn et Jeff Krulik (1986)

Pourquoi c'est cool : seize minutes, c'est tout ce dont ce dont Heavy Metal Parking Lot a besoin pour vous faire pénétrer dans le monde merveilleux des fans de heavy metal en 1986. Ce documentaire fascinant n'est autre que la rencontre entre l'objectif d'une caméra vidéo et des amateurs du genre, sur le parking d'un concert de Judas Priest au Capital Center de Landover, dans le Maryland, non loin de la banlieue de Baltimore.

Les intervenants sont joyeux, se rassemblent autour des voitures d'où crache la sono la plus puissante, les bières sortent des glacières, les hardos picolent et pourraient échanger des heures au sujet de leur groupe favori, Judas Priest.

Heavy Metal Parking Lot est le film le plus frais qui ait jamais été réalisé à propos du metal et de ses incroyables fans. Réalisé lors de l'apogée de la popularité du genre aux États-Unis, il montre une jeunesse éclectique et joviale, soucieuse de faire la teuf – et heureuse qu'on s'intéresse à elle, pour une fois.

"On avait un peu peur que les gens soient froissés par notre présence, mais pas du tout. Ils étaient tous très chaleureux, expliquait l'un des deux réalisateurs à Vice cet été : Cet enthousiasme débridé est très rare. Il existe encore des fans comme ça, mais je pense que les gens sont trop habitués à se faire filmer aujourd'hui". Une pièce d'histoire.

Degré de compatibilité avec des non-métalleux : 100 %

On accompagne avec : un sandwich ou un pain-frites, à déguster debout, en se mettant du ketchup partout sur les doigts. Pour arroser ça, il doit bien rester une cannette de bière dans la boîte à gants...

Until the Light Takes Us – Aaron Aites et Audrey Ewel (2009)

Moins accessible. Entre la fin des années 1980 et le milieu des années 1990, une poignée d'adolescents norvégiens désœuvrés se sont réunis pour jouer le metal le plus extrême possible. Très vite, les manifestations de puissance ont tourné aux démonstrations de force et aux meurtres, et des incendies d'église ont fait trembler la si paisible Norvège. Aujourd'hui, les musiciens issus de cette scène sont révérés comme des idoles par les fans, et leurs crimes font partie intégrante de la légende.

Until the Light Takes Us tente un retour sur les crimes qui ont entouré la naissance de ce genre musical grâce à une succession de rencontres et d'interviews (pas toujours faciles) avec les acteurs principaux du black metal norvégien.

Un documentaire à l'ambiance crépusculaire, nécessaire à tout fan de black metal soucieux de compléter ce qu'il sait déjà grâce au fameux livre Lords of Chaos (Black metal satanique: les seigneurs du chaos pour l'édition française) de Michael Moynihan et Didrik Søderlind. Film pour initiés.

Degré de compatibilité avec des non-métalleux : 25 %

On accompagne avec : du rakfisk norvégien, bien fermenté comme il faut. Arrosé d'une pinte de sang (évidemment).

Affreux vilain metalhead incurable, aussi rédac' chef du webzine Hear Me Lucifer.