En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Le monde du rap US choqué par la lourde condamnation de Meek Mill

Après avoir enfreint les termes de sa liberté conditionnelle, le rappeur de Philadelphie a écopé de deux à quatre ans de prison ferme. La décision du juge est considérée par beaucoup comme trop sévère.

Meek Mill à New York en juillet 2017. (© Shareif Ziyadat/WireImage via Getty Images)

Depuis quelque temps, la sphère du hip-hop américain s’agite et fait front commun pour soutenir Meek Mill. L’artiste, de son vrai nom Robert Rihmeek Williams, a été condamné ce lundi 6 novembre par la justice américaine à purger une peine allant de 2 à 4 ans de prison ferme pour avoir enfreint les termes de sa liberté conditionnelle.

Après avoir purgé une peine de huit mois de prison en 2008 pour détention de stupéfiants et d’armes à feu, le rappeur bénéficiait de cinq années de liberté conditionnelle, une période de probation à chaque fois rallongée en raison de diverses infractions. Pour la juge en charge de l’affaire, Genece E. Brinkley, il semblerait que le rappeur ait cette année commis la violation de trop en se faisant arrêter en mars après un combat à l’aéroport de Saint-Louis et en août pour conduite dangereuse. Si les charges ont depuis été abandonnées, la juge n’a pas attendu pour ordonner l’incarcération immédiate du rappeur et le condamner à quatre ans de prison avec possibilité de liberté anticipée après deux ans.

Meek Mill has already served his time. So why is he still being punished? Link in bio. #FREEMEEKMILL  @mariokristian_

Une publication partagée par The FADER (@thefader) le

La sentence a pris tout le monde de court puisque le procureur lui-même n’avait pas requis de prison ferme. À l’énoncé de la sentence, la juge Genece E. Brinkley a asséné à Meek Mill : "Je vous ai donné sursis après sursis, mais vous avez manqué de respect à cette cour." Pour l’avocat du rappeur Joe Tacopina, relève le New York Times, la juge a fait preuve d’un comportement inapproprié et "vindicatif" tout au long de l’affaire. Selon maître Tacopina, elle aurait ainsi demandé à Meek Mill d’inclure son nom dans l’un de ses morceaux et lui aurait donné des conseils quant à son management. La juge n’a toujours pas répondu aux nombreux commentaires sur le jugement et son comportement.

De nombreux représentants du monde du spectacle ont depuis montré leur soutien au rappeur. Parmi eux, Kevin Hart ou encore Jay-Z, qui a posté sur ses réseaux sociaux le message suivant – espérant que le jugement soit revu en faveur de l’artiste.

Traduction : "Le jugement rendu par la juge – qui va à l’encontre de la recommandation du procureur adjoint et agent de probation – est lourd et injuste. On soutient Meek Mill et on sera toujours à ses côtés, à la fois dans ses efforts pour faire valoir ses droits face à cette sentence injuste et dans son retour à sa carrière musicale."

Traduction : "Quelle que soit votre opinion sur Meek, le système l’a juste salement eu. Point. Sérieux, libérez Meek."

Traduction : "Soutenez Meek."