La salle de bains pleine de drogues de Whitney Houston illustre le nouvel album de Pusha T

Acquise au dernier moment par Kanye West pour la modique somme de 85 000 dollars... celle-ci pose forcément beaucoup de questions.

Outre le contenu de Daytona, le nouvel album de Pusha T, sa pochette énigmatique attire l’œil, d’autant plus qu’elle a été validée à seulement deux jours de la sortie officielle du projet. D’après les propos tenus par le rappeur au micro d’Angie Martinez sur la radio new-yorkaise Power 105.1, c’est Kanye West qui l’a choisie et il aurait même déboursé 85 000 $ dollars de droits pour pouvoir l’utiliser.

"Vers une heure du matin, mon téléphone sonne. L’appel est masqué, mais c’est Kanye West : 'Hey, je pense que nous devrions changer la pochette. Cette œuvre a coûté 85 000 $.' J’ai répondu : 'Hey, je ne veux pas payer pour ça et je ne vais pas te demander de le faire ! Nous avons choisi la pochette et elle est prête.' [Kanye a dit] : 'Non, on change, c’est ce que les gens ont besoin de voir pour écouter cette musique. Je vais payer.'"

Si le prix est si élevé, c’est parce que l’image prise en 2006 représente la salle de bains de la diva Whitney Houston alors qu’elle était à l’apogée de sa dépendance au crack et à la cocaïne. Comme chacun sait, cette consommation excessive de drogues dures a entraîné son décès en 2012. C’est d’ailleurs peu après sa disparition que ce cliché fut rendu public dans le tabloïd américain The National Enquirer.

La pochette de l’album Daytona.

Sur cette photo on distingue, dans le désordre cataclysmique de la salle de bains, des pilules diverses et autres pipes à crack. Une illustration révélatrice de la descente aux enfers progressive de la chanteuse.

Mais quel parallèle peut-on faire entre ce cliché et les propos tenus par Pusha T sur son album ? Le rappeur y fait tout simplement l’apologie des substances illicites. D’ailleurs, l’actuel président de GOOD Music est lui-même un ancien dealer de cocaïne. Ceux qui l’écoutent depuis longtemps savent qu’il s’agit de l’un de ses sujets de prédilection.

Mais ne vous y trompez pas, ce choix artistique lourd de sens est surtout là pour montrer que ces drogues ne doivent pas être vues comme une échappatoire sur laquelle il faut compter. Au contraire, cette photo témoigne avec froideur que personne n’est à l’abri des addictions, même les stars qui se trouvent a priori sur le toit du monde.