En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Des fans défient George Lucas et postent la première version de Star Wars sur le Web

Pour la première fois, une équipe de restauration est parvenue à mettre en ligne en haute définition la pellicule originale de Star Wars IV : Un nouvel espoir.

star-wars-iv-820

Ah, parce que vous pensiez vraiment que votre version remastérisée Blu-Ray director's cut d'Un nouvel espoir était réellement la même que celle sortie en 1977 dans les cinémas américains ? Las! Depuis la seconde sortie en salles de la trilogie Star Wars originelle, George Lucas s'est fait un malin plaisir de tripatouiller – limite troller – ses films pour rajouter, enlever et modifier des séquences, se foutant éperdument des cris d'orfraie de la communauté de fans tournant de l’œil à chaque nouvel outrage. Et ça fait vingt ans que ça dure.

Lors de la première remastérisation de  1997, une scène alors anodine du premier épisode, dans laquelle Han Solo tue un mercenaire, Greedo, assis en face de lui dans un bar, est remaniée par Lucas pour donner l'impression que son personnage agit en état de légitime défense (et éviter de faire passer le beau gosse pour un tueur de sang-froid).

Effet Streisand assuré : la scène, et la controverse qui l'accompagne, deviennent si culte qu'elles sont reprises par Adidas Originals et bénéficient de leur propre page Wikipédia (depuis la découverte du script original du film, on sait enfin "qui a tiré le premier", et c'est Solo). La version 2004 d'Un nouvel espoir voit quant à elle apparaître plein champ un Jabba le Hutt grossièrement incrusté, dont on peut légitimement interroger l'utilité scénaristique.

Entre 1977 et 2011, le film subit tant de ravalements successifs  qu'il devient de plus en plus difficile de savoir quelle version on est en train de regarder. Des vidéos YouTube, des pages Wikipédia et des sites spécialisés sont même créés pour tenter de retracer la chronologie de ces altérations, heureusement identifiables vu la tendance de tonton Lucas à étaler du maquillage numérique sur ses films avec la subtilité d'un peintre en bâtiment. Et plus les années passent, plus l'espoir de retrouver le film original s'amenuise chez les fans tandis que le grand public, lui, ne se pose même plus la question. Jusqu'à aujourd'hui.

Lucasfilm prétend que les négatifs originaux n'existent plus

Victoire ! Le 18 février, un groupe de restaurateurs amateurs fanatiques regroupés sous le nom de Team Negative 1 est enfin parvenu à restaurer le film original... que George Lucas lui-même désavouait en 2004, expliquant que "l'édition spéciale est le film qu'[il] voulait sortir" et allant jusqu'à décrire la version de 1977 comme "un film à moitié fini". Là où cette restauration a tout de légendaire, c'est que Lucasfilm est allé jusqu'à prétendre que les négatifs 35 millimètres originaux du film de 1977 avaient été irrémédiablement altérés pour créer les éditions spéciales, rendant toute restauration impossible. Pour le moment, la Team Negative 1 (dont le site paraît souffrir d'erreur 503) a refusé d'expliquer comment elle s'est procurée des bandes soi-disant détruites.

Second problème, explique Ars Technica, le film n'est pas exactement... légal. Ceux qui voudront profiter de la version "Silver Screen" 35 millimètres d' Un nouvel espoir avec du grain, du bruit blanc, un son non compressé, un format d'image respecté, sans effets spéciaux, sans Jabba le Hutt et avec Han Solo qui tire en premier devront s'enfoncer dans la jungle de l'illégalité.

Interrogés par Movie Mezzanine le temps d'un superbe papier, l'équipe de cinq fans raconte l'épopée qui les a conduit à restaurer le film sans connaissance préalable, à partir de bandes 35 millimètres espagnoles achetées en 2009 sur eBay pour quelques milliers de dollars. Une véritable odyssée, qui prend tout son sens lorsque l'on découvre le film original, son matte painting, ses costumes animés et ses maquettes, et qu'on a l'impression de se retrouver devant un chef-d'œuvre des siècles passés. Je n'avais jamais vu Star Wars. Aucun d'entre vous n'a jamais vu Star Wars

Science, tech, culture numérique et galéjades. Internet est mon église.