En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Le gouvernement veut bloquer l’accès aux sites de streaming illégaux

Pour lutter contre le piratage en France, la ministre de la Culture veut créer une liste noire pour mieux identifier les sites illégaux et les faire disparaître.

(© USA Network)

Ce mercredi 18 avril, la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a annoncé qu’elle réfléchissait à dresser "des listes noires" de sites illégaux de streaming. Selon les informations du Monde, cette sélection pourrait être érigée par la Hadopi (Haute autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet).

Cette mesure intervient dans le cadre d’une demande de treize organisations du 7e art ainsi que de Canal+, M6 et TF1 qui avaient réclamé en urgence à la ministre des mesures concrètes pour mieux lutter contre le piratage des films.

Selon elle, la création de ces listes noires, régulièrement mises à jour, permettrait d’identifier les sites indésirables pour, à terme, les faire disparaître et supprimer leur référencement sur les moteurs de recherche. Après avoir détaillé cette proposition, la ministre a annoncé qu’elle comptait "reprendre la main" sur le dossier de la chronologie des médias, et concrétiser tout cela courant mai.

Évoluer avec le système

Selon l’AFP, le piratage représente un manque à gagner de 1,3 milliard d’euros en France. Avec l’essor de Netflix et des autres chaînes de vidéos à la demande comme Amazon Prime Video, le système actuel apparaît totalement obsolète. La ministre a reconnu que l’action de la Hadopi n’était plus efficace, car elle se focalise essentiellement sur le téléchargement peer to peer :

"La réponse Hadopi n’est plus adaptée, le streaming représente désormais 80 % du piratage, on doit s’adapter aux usages."

Cependant, selon le Figaro, l’ancienne ministre de la Culture, Fleur Pellerin, avait déjà imaginé, il y a quatre ans, une idée similaire pour lutter contre les sites de contrefaçons qui n’avait finalement pas été appliquée.