En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Vidéo : la rétrospective Polanski à la Cinémathèque perturbée par les Femen

Roman Polanski n’aura pas eu l’hommage attendu. La rétrospective célébrant son œuvre hier soir à la Cinémathèque française a été perturbée par un rassemblement des militantes féministes.

Alors qu’il vient d’être accusé une cinquième fois d’agressions sexuelles sur mineure, Roman Polanski était célébré hier soir, dans le cadre de la soirée d’ouverture d’une rétrospective consacrée à son œuvre, à la Cinémathèque française, à Paris. Un évènement en présence du réalisateur franco-polonais… et de manifestants.

À la suite d’un appel lancé par le groupe Osez le féminisme !, de nombreuses personnes (femmes, comme hommes) se sont rassemblées hier soir, lundi 30 octobre 2017, devant l’institution culturelle. Flanqués de banderoles aux slogans accusateurs ("Si violer est un art, donnez à Polanski tous les César"), les manifestants ont réservé un accueil peu cordial à l’artiste, visiblement embarrassé.

Un embarras accentué par l’apparition de Femen, portant notamment le message "Very important pédocriminel" sur leurs bustes dénudés, et scandant des "Pas d’honneur pour les violeurs" de vive voix, avant d’être rapidement évacuées du bâtiment.

Après cette perturbation, la soirée s’est poursuivie dans un calme relatif. À l’intérieur, le dernier film du cinéaste, D’après une histoire vraie, a été diffusé, tandis que les protestations ont continué à faire rage à l’extérieur.

À la Cinémathèque française, à Paris, le 30 octobre. (© Chesnot/Getty Images)

Une rétrospective controversée, mais maintenue

Comment honorer un homme accusé d’agressions sexuelles ? En le séparant de son œuvre, avait répondu la Cinémathèque dans un communiqué qui fut vivement critiqué :

"Nous ne décernons ni récompenses ni certificats de bonne conduite. Notre ambition est autre : montrer la totalité des œuvres des cinéastes et les replacer ainsi dans le flux d’une histoire permanente du cinéma.

Nous n’avons donc rien à débattre avec des gens qui exigent de la Cinémathèque française l’abandon de sa mission fondamentale : montrer inlassablement l’œuvre des grands cinéastes."

Si cet hommage a ainsi été défendu par l’institution, au nom de son indépendance, il "contribue à la culture du viol" selon Marlène Schiappa. La secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes a dénoncé cet évènement ce matin, sur LCI :

"C’est ce qui contribue à la culture du viol que de minimiser ou de relativiser les viols et les agressions sexuelles, selon le talent ou selon la notoriété de la personne qui est mise en cause."

Une culture du viol qui visiblement se pérennise : la Cinémathèque compte bientôt rendre hommage à Jean-Claude Brisseau, condamné en 2005 pour harcèlement sexuel. De son côté, Roman Polanski a réagi en comparant les agissements des Femen à ceux des nazis ("Avant, on pouvait brûler les livres, comme Hitler") tout en rajoutant, évoquant le passage au numérique dans l’industrie du cinéma : "On passe d’un support à l’autre en dépit de certains zinzins."