Le réalisateur de District 9 va s’occuper du nouveau Robocop

Après son Alien 5 avorté, Neill Blomkamp s’attaque à un autre monstre de la SF.

(© 20th Century Fox)

La vague de reboots/sequels/prequels n’est pas près de s’arrêter tant le grand Hollywood s’y retrouve gagnant (financièrement, tout du moins). Une démarche qui fait primer la quantité à la qualité. Vous vous souvenez du Robocop de 2014 ? Vous savez, ce mauvais reboot du film culte de 1987 où un flic mi-humain mi-robot est censé rétablir l’ordre dans un Détroit où l’anarchie est reine ? Probablement pas, et c’est tant mieux. Eh bien, sachez qu’Hollywood ne compte pas s’arrêter à ce dernier.

Deadline nous informe qu’un nouveau volet doit voir le jour, et que MGM a déjà trouvé son réalisateur. Pour concocter le bébé, il faudra compter sur Neill Blomkamp, que vous connaissez pour son génial District 9, mais aussi Elysium et Chappie. Le Sud-Africain n’a pas peur des gros projets de la sorte, puisqu’on vous rappelle qu’il a failli mettre en scène un cinquième Alien — qui verra peut-être le jour un de ces quatre, quand Ridley Scott arrêtera de se pencher sur sa série de prequels (Prometheus, Covenant).

Les scénaristes du premier volet réalisé par Paul Verhoeven en 1987, à savoir Ed Neumeier et Michael Miner, produiront le bébé. Le script sera quant à lui rédigé par Justin Rhodes, qui a coécrit le Terminator que Tim Miller est en train de tourner. Enfin, Rhodes retravaille en réalité le scénario qu’avait pondu Neumeier et Miner il y a plusieurs années pour ce qui devait être la suite officielle de Verhoeven et qui n’a jamais vu le jour — Robocop 2 et 3 ne sont pas le fruit de l’équipe à qui l’on doit le premier volet. Autant dire que le duo est plus motivé que jamais à donner vie à ce projet !

Depuis Chappie, Blomkamp bossait sur ses nombreux courts-métrages pour le Oats Studios, et aurait selon le média américain, sauté sur l’occasion de réaliser ce nouveau Robocop. Il faut dire que les thèmes propres au réalisateur sud-africain, qu’il s’agisse de l’immigration, l’inclusion dans la société et de facto l’exclusion, la critique du consumérisme ou encore les inégalités au sein d’une société, se retrouvent très largement dans la satire cyberpunk de Verhoeven. De là à dire que l’un est le fils spirituel de l’autre, il n’y a qu’un pas.

Mais cela va plus loin. Blomkamp explique ainsi à Deadline :

"L’original a eu un énorme effet sur moi quand j’étais un enfant. […] Ce qui me parlait quand j’étais plus jeune a évolué avec le temps. Au début, le consumérisme, le matérialisme et la politique économique de Reagan et ce thème des États-Unis des 80’s sous stéroïdes était ce qui ressortait de plus fort. Mais en vieillissant, l’aspect qui a le plus résonné en moi est la notion d’identité, et de recherche d’identité. […]

Ce qui me motive maintenant, c’est quelqu’un qui cherche son identité perdue, volée par des gens qui en profitent, et qui retrouve sa mémoire grâce à des évènements. C’est le plus captivant."

Avec Blomkamp en réalisateur, on se dit que le projet peut ne pas subir le même sort que celui de 2014. Pour cela, il va falloir patienter encore un peu. Le film n’est techniquement même pas entré en préproduction. Cela prendra donc encore quelques années.

Journaliste cinéma/musique/jeux vidéo. Expert en Alien et Marvel, entre autres.