En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

L'envers des Rap Contenders vu par Jazzy Bazz

Pour la première fois, un rappeur parle des coulisses des Rap Contenders : le travail autour des phases, la relation entre les MC's avant et après les clash et enfin le ressenti sur ses divers affrontements. Ce rappeur, c'est Jazzy Bazz, membre de la Cool Connexion et de l'Entourage.

Rap Contenders Jazzy Bazz

Vendredi 3 novembre : le dernier Rap Contenders atterrit sur Dailymotion. C'est la cinquième saison et deux rappeurs se battent pour le titre de meilleur clasheur. Un face à face entre le tenant du titre, Gaïden, et Jazzy Bazz, invaincu jusque-là. Avant que ce dernier ne monte sur la scène de son premier concert solo à la Bellevilloise, on en a profité pour aborder sereinement, autour d'un verre de whisky-coke et de smarties, le thème des Rap Contenders. De Pand'or à ses projets.

Rap Contenders - Pandor : un clash à regret

En août 2011, dans le cadre de la troisième saison des Rap Contenders, un clash peu ordinaire est organisé : pour la première fois, une rappeuse est invitée à un RC [Rap Contenders, ndlr]. C'est Pand'or et elle affronte Jazzy Bazz.

Dans la forme, les Rap Contenders désignent « la première ligue de battle rap a capella en France » dans lesquels les MC's n'hésitent pas à aller loin pour faire réagir le public. Même si les rappeurs se côtoient, s'apprécient et font tourner leurs joints en backstage, les RC sont à la fois cruels et drôles. Pour Jazzy Bazz, c'est exactement ce qu'il s'est passé avec Pand'or : cette dernière a choké [oublier ses paroles pendant un clash, ndlr] et perdu ses moyens face au rappeur du XIXème.

Jazzy Bazz précise : « Pand'or est une excellente rappeuse. On a déjà bien discuté ensemble et je la trouve posée, réfléchie et marrante C'est dommage pour le battle qu'elle ait oublié son texte".

Il poursuit :

« Elle m'a avoué ne pas avoir assez travaillé. On a vraiment discuté des mois après le battle. Entre temps, on se croisait des fois au studio ou à des concerts et j'étais gêné car je voulais pas avoir l'image du mec qui l'a humilié. Des fois, les commentaires sur les vidéos peuvent être cruels alors que nous ne sommes pas en conflit. Ca a été cool de bien discuter pour que ce soit clair entre nous. Pourquoi pas collaborer maintenant sur un son pour que ce soit clair pour les gens ! ».

Gaïden : un clash « horrible »

16 septembre 2012 : Jazzy Bazz et Gaïden sont sur la même scène. L'enjeu, c'est la "ceinture" Rap Contenders. Gaïden est le tenant, Jazzy Bazz, lui, n'a jamais perdu aucun de ses battles. Malgré le main event et la qualité de l'affiche, tout ne se passe pas comme prévu pour Jazzy Bazz :

« Ce clash a été horrible : je l'ai écrit avec certaines phases que je devais enchaîner très rapidement. Ça fonctionnait très bien dans ma chambre en chuchotant. Sur scène, j'ai voulu faire du rentre dedans dès la troisième phase de mon premier couplet. Mais là, je la foire totalement vu que je n'ai plus de souffle. J'ai commencé à improviser la structure même de ma phase. J'ai fait des mouvements en allant vers le public en mode catastrophique. Résultat, pendant le battle, j'étais énervé contre moi-même.»

En amont des RC auxquels il participe, Jazzy Bazz a l'habitude de prendre une retraite : deux semaines, quelque part, histoire d'écrire et de réfléchir au calme. Avant la battle contre Gaïden, il demande à ses potes de le relire : la moitié de son texte est à jeter. Jazzy Bazz reprend alors une feuille et continue de gratter jusqu'à avoir le texte qui lui « permet de gagner ». Au final, pour le clash contre Gaïden, Jazzy Bazz a utilisé un mois et demi de son temps pour affiner ses punchlines.

Mais, le souffle coupé et alors qu'il connaît son texte par cœur, il a failli « chocker à cause de la pression » :

« J'aborde le deuxième couplet et je lance une phase. Pas trop de réactions dans le public et Gaïden me regarde, l'air de dire que c'est de la merde. Perturbé, je me rappelle plus de la suite de mon texte. Je réussis tant bien que mal à choper une phrase qui était prévue pour plus tard. Au final, je m'en sors. Un chock, ça peut vite arriver, et à tout le monde. »

Mais l'un des adversaires les plus redoutables qu'a croisé Jazzy Bazz, c'est Wojtek. Être face à lui une nouvelle fois ?

« J'aimerais pas parce qu'il est devenu trop dangereux. Il est passé pour moi dans le Top 3. Il m'a dit qu'à l'époque, il envisageait le clash en mode rage. Maintenant, il le voit plus comme un moyen de faire des vannes avec ce côté marrant et fou. Et il est bon là-dedans. »

Pour ce qui est de l'avenir, Jazzy Bazz ne dirait pas non à Jamai en battle. Il aimerait aussi prévoir  un double avec Deen Burbigo. Mais il « ne voit pas qui [il] pourrait affronter » au regard des bons rapports qu'il entretient avec les autres rappeurs. Il conclut, toujours aussi calme : « Je commence à avoir envie d'affronter quelqu'un avec qui j'ai de vrais différents. Il n'y aurait pas de dérapages : toute la haine que je peux avoir, je la mettrais dans mes lyrics (rires) ». En 64 mesures ?

Interview réalisée par Robin. 

Journaliste culture depuis 1956. Musique, cinéma et un peu de photographie.