Ce qui se passe à Cannes ne restera pas à Cannes. Au coeur de la Sélection Officielle et de la Quinzaine des Réalisateurs avec Konbini.

Climax, le prochain film de Gaspar Noé, sera présenté à la Quinzaine des réalisateurs

Trois ans après Love, Gaspar Noé est de retour.

(Image tirée du film Enter the Void de Gaspar Noé)

L’association catholique Promouvoir va sauter de joie. Trois ans après la sortie de son sulfureux Love, Gaspar Noé est de retour. Pour la sixième fois, le cinéaste italo-argentin qu’on ne présente plus revient à Cannes. Passé par la Semaine de la critique, la compétition officielle et les séances de minuit, le voilà désormais au programme de la Quinzaine des réalisateurs.

Pour sa 50e édition, la section parallèle du Festival de Cannes s’est donc dotée de Climax, le prochain long-métrage mystérieux de Gaspar Noé. Car on en sait très peu sur ce projet distribué par Wild Bunch, au coût de 2,6 millions d’euros.

Son nom ? Climax. Il a été tourné au cours de cet hiver pendant une période de trois mois. Il suit des danseurs rassemblés le temps d’une dernière fête. Drogués, certains se retrouvent au paradis… d’autres en enfer. À la photo, on retrouve Benoît Debie, déjà derrière l’image de trois films de Gaspar Noé (Irréversible, Enter the Void, Love) ainsi que Spring Breakers d’Harmony Korine.

Côté casting, rien n’a été officiellement annoncé.

Pour ce qui est du reste de la programmation de la Quinzaine des réalisateurs, entre Romain Gavras, Philippe Faucon, Debra Granik ou encore Marie Monge, ça donne ça :

  • Amin de Philippe Faucon
  • Carmen y Lola d’Arantxa Echevarria
  • Climax de Gaspar Noé
  • Cómprame un revólver (Buy Me a Gun) de Julio Hernández Cordón
  • Les Confins du monde de Guillaume Nicloux
  • El Motoarrebatador (The Snatch Thief) d’Agustín Toscano
  • En liberté ! de Pierre Salvadori
  • Joueurs (Treat Me Like Fire) de Marie Monge – premier film
  • Leave No Trace de Debra Granik
  • Los Silencios de Beatriz Seigner
  • Ming wang xing shi ke (The Pluto Moment) de Ming Zhang
  • Mandy de Panos Cosmatos
  • Mirai no Mirai (Mirai ma petite sœur) de Mamoru Hosoda
  • Le monde est à toi de Romain Gavras
  • Pájaros de verano (Les Oiseaux de passage) de Ciro Guerra et Cristina Gallego – film d’ouverture
  • Petra de Jaime Rosales
  • Samouni Road de Stefano Savona – documentaire
  • Teret (The Load) d’Ognjen Glavonic
  • Troppa grazia de Gianni Zanasi – film de clôture
  • Weldi (Mon cher enfant) de Mohamed Ben Attia

Journaliste culture depuis 1956. Musique, cinéma et un peu de photographie.