Plug Gate : Paul McCarthy et la chocolaterie, la riposte artistique

Après l'affaire du "sapin/sex toys" place Vendôme, l'exposition consacrée à l'artiste Paul McCarthy à La Monnaie de Paris ouvre ses portes ce samedi 25 octobre. L'occasion pour l'américain de répondre, à sa manière, au scandale qu'a provoqué son installation.

L'installation "The Tree" qui a fait scandale pour son apparence de plug anal à Paris.

L'installation "The Tree" qui a fait scandale pour son apparence de plug anal à Paris.

L'oeuvre d'art "The Tree" de Paul McCarthy érigée le 16 octobre dernier a beaucoup fait parler d'elle. Commandée par la Fiac, ce sapin de Noël géant de 24 mètres de haut aux allures de plug anal avait dérangé plus d'un puritain. D'abord agressé pendant l'installation, l'artiste a finalement renoncé à remettre sur pied son sapin vandalisé. Il a néanmoins profité de son exposition d'envergure, "Chocolate Factory", à la Monnaie de Paris qui se tiendra du 25 octobre au 4 janvier 2015, pour reparler, à travers l'art, de son agression.

Une installation avec les mots de son agresseur

Pour cette véritable usine de chocolat, déjà présentée à New York en 2007, le vétéran de la scène artistique californienne âgé de 69 ans, a demandé un jour de plus de préparation avant de dévoiler son exposition aux journalistes. Et pour cause, il a voulu ajouter une touche personnelle faisant écho à son agression sur la place Vendôme.

L'installation de Paul McCarthy au sujet de son agresseur.

L'installation de Paul McCarthy au sujet de son agresseur.

Pour commence, "Chocolate factory" accueille les visiteurs par une forêt d'arbres de Noël gonflables, similaires à "The Tree". Paul McCarthy a ensuite voulu intégrer des vidéos, inspirées de ce qu'il a vécu. "Asshole", "Stupid fucker artist", "Stupid American insulting France", peut-on entendre dans le bâtiment historique de La Monnaie de Paris.

En effet, l'artiste a souhaité reproduire à l'image les insultes vociférées à son encontre lors de l'érection de l'installation de "The Tree". Une manière pour lui d'exorciser ce mauvais moment.

Santa Claus et sapins en chocolat pour dénoncer le consumérisme

Comme le nom de l'exposition l'indique, la "Chocolate factory" se présente alors comme une véritable usine à chocolat, d'un genre un peu particulier. Pendant toute la durée de l'exposition, des milliers de petits Père Noël en chocolat armés d'un sapin en forme également de plug anal, mais légèrement plus sophistiqués cette fois-ci, seront fabriqués sur place et vendus pour la modique somme de 50 euros, pour une visite qui réveille tous vos sens.

Les pères Noël en chocolat de McCarthy à la Monnaie de Paris. (Crédit Image : AFP)

Les pères Noël en chocolat de McCarthy à la Monnaie de Paris. (Crédit Image : AFP)

Et pour les nostalgiques de l'installation place Vendôme, elle sera reproduite en chocolat, à plus petite échelle et en plusieurs milliers d'exemplaires. Si cela va dans le sens du côté provoc' de Paul McCarthy, le but est également tout autre : dénoncer la société consumériste, son obsession depuis une quarantaine d'années, comme l'explique le site de la Monnaie de Paris :

Jour après jour, "Chocolate Factory" se développe à l’image d’une sculpture, créant des problèmes logistiques, des problèmes de stockage, affectant au final sa capacité même à fonctionner.

Alors quoi de mieux que de prendre les fêtes de fin d'années comme exemple où tout le monde s'arrache les dernières nouveautés pour faire plaisir à sa famille.

L'artiste confirme ainsi au Monde son intention :

Noël est devenu en Occident un événement de consommation ultra-massif. Santa est le personnage qui dit au mieux l’empreinte du matérialisme et le conditionnement de nos esprits au consumérisme.