Pourquoi il ne faut pas passer à côté de Pale Waves, le groupe anglais de l’année

Repéré par The 1975, ce surprenant quatuor mancunien mené par Heather Baron-Codie et Ciara Doran a tout pour séduire les nostalgiques des années 1980. On vous donne cinq bonnes raisons d’aller les voir en concert au Pop-Up du Label à Paris ce lundi 5 février.

(© Dean Chalkley)

#1. Leur pop mélancolique rétro

Ne vous laissez pas dérouter par leurs visages blafards et leurs yeux sombres, Pale Waves n’a rien d’un groupe de rock gothique ou de metal hurlant. Leur credo : "Nous adorons les années 1980", affirme Heather Baron-Gracie, la chanteuse et parolière du groupe de Manchester. Côté musique, c’est Ciara Doran qui compose, en se basant sur des influences clairement new wave. Heather confie d’ailleurs que Disintegration de The Cure, paru en 1989, est un album cher à son cœur. Dans ses textes, la jeune chanteuse s’inspire des Smiths pour conter la peur de la solitude, le chagrin d’amour ou les premiers émois sensuels adolescents. "Quand j’écoute un artiste, j’ai besoin de le croire à travers ses paroles et à travers ses mélodies", déclare-t-elle avant d’ajouter : "Avec notre pop, on parvient à transmettre une émotion étrange, à la fois joyeuse et mélancolique." Une musique au goût doux-amer.

#2. Pale Waves, une belle histoire d’amitié

Heather, 22 ans, et Ciara, 23 ans, se sont rencontrées sur Internet il y a quelques années et ont formé Pale Waves à l’université de Manchester, où elles étudiaient sans grande conviction. Depuis, les deux jeunes filles sont inséparables. "Je ne pourrais pas vivre sans elle […] Notre relation est la plus soudée que j’ai eue de ma vie", assure Heather. Avec les deux autres membres de la bande, Hugo et Charlie, respectivement âgés de 21 et 20 ans, une amitié tout aussi fusionnelle est née autour de la musique : "On s’est côtoyés tous les jours pendant deux ans pour jouer, composer, faire des concerts. Aujourd’hui, on se connaît par cœur et chacun apporte quelque chose de différent au groupe", précise la chanteuse. Un groupe fondé sur des liens aussi solides est voué à un avenir radieux.

#3. Ce sont déjà des stars en Grande-Bretagne

Outre-Manche, la critique est unanime : Pale Waves marquera 2018. À l’automne dernier, la presse musicale britannique s’enthousiasmait déjà pour le groupe de Manchester. NME, magazine anglais de référence, a ainsi fait poser Heather aux côtés de son mentor Matt Healy, leader de The 1975, tandis que Dork Magazine n’hésitait pas une seconde à qualifier le jeune quatuor de "plus grand groupe de la planète", tout en leur consacrant plusieurs articles dans ses colonnes. Enfin, DIY les exposait à la une du numéro de décembre 2017/ janvier 2018. Derrière une telle couverture médiatique se cache forcément un groupe fascinant.

#4. Ils sont ambitieux et passionnés

En 2018, Heather aspire à de grandes choses pour Pale Waves : "Si on avait droit à trois vœux, le premier serait d’avoir un album classé numéro un dans les charts en Angleterre, le second une tournée à guichets fermés et enfin… Être à l’affiche d’un super festival comme le Reading Leeds Festival ou Galstonbury !" Ses acolytes et elle ont une totale confiance en leur musique, qu’ils disent "authentique et vraie". Heather poursuit : "Je pense qu’on est capables d’atteindre nos buts, tant qu’on est ensemble et qu’on joue ce qu’on aime. Nous essaierons d’être les meilleurs possible."

#5. Il faut les voir avant qu’ils ne deviennent incontournables

Leur EP n’est pas encore sorti qu’une tournée américaine est déjà prévue en 2018, après un passage par l’Europe. Pale Waves a déjà sillonné tout le Royaume-Uni et une partie de l’Amérique du Nord aux côtés du groupe The 1975. En octobre dernier, on pouvait écouter deux de leurs chansons sur les sites de streaming et seulement un de leur clip sur YouTube. Les prochains concerts en Angleterre affichent pourtant complet, et il ne fait aucun doute que leur popularité atteindra des sommets après la sortie de l’album qu’ils ont commencé à enregistrer début janvier. Pour le moment, un premier format court, intitulé All These Things I’ve Never Said, est attendu le 16 mars avec quatre titres. Lesquels suffiront largement à convaincre de nombreux festivals au cours des prochains mois.

Pale Waves sera en concert au Pop-Up du Label à Paris le 5 février 2017.