En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Avec son nouveau clip, Fakear nous emmène au Vietnam

Fakear dévoile en avant-première sur Konbini le clip de "Thousand Fires", dernière chanson de son EP Sauvage sorti en juin. Cette fois-ci, il nous embarque au Vietnam grâce aux superbes images de Léo Bigiaoui.

"Thousand Fires", "c'est la chanson la plus lumineuse de Sauvage", commence Fakear. Dernier morceau de cet EP qui a envoûté plus d'une personne, "c'est un peu l'accomplissement d'un voyage initiatique, quand tu te sens serein, face aux choses qui t'arrivent", poursuit-il. Cette chanson-là, il l'a composée d'abord dans sa tête alors qu'il voyageait en Islande.

Je me faisais des pense-bêtes sur mon téléphone, sur des bouts de papier... J'étais dans un état de contemplation extrême en fait. L'Islande t'hypnotise. J'étais courbaturé physiquement aussi.

À ce moment-là, il n'imaginait pas encore que ce son serait associé à un pays d'Asie du Sud-Est. Les observateurs aguerris reconnaîtront ainsi dès les premières secondes du clip le drapeau du pays. Pour les autres, les maisons flottantes, les rizières, les formes particulières et reconnaissables des chapeaux typiques, le magnifique décor de la Baie d'Ha-Long, l'accumulation de motos, l'écriture sur les panneaux, leur confirmeront que ces images proviennent bien du Vietnam.

Une collaboration entre deux jeunes artistes

Ce n'est pas la première fois que Fakear collabore avec de jeunes réalisateurs. Le clip "La Lune Rousse" par exemple avait été réalisé par des étudiants des Gobelins et nous emmenait en Bretagne sur la plage de Dinard. "Je fonctionne à l'humain, explique-t-il. Il y a forcément des atomes crochus artistiques, mais c'est avant tout une histoire de feeling, de compréhension. Je suis jeune, je fais appel à des réalisateurs de ma génération parce que c'est plus facile de communiquer", nous confie-t-il.

Pour cette collaboration, l'initiative vient de Léo Bigiaoui, jeune réalisateur, photographe et voyageur de 23 ans. "Je suis parti au Vietnam avec l’idée en tête de réaliser une vidéo retraçant les moments marquants de mon voyage". Muni d'un Canon 5D Mark III et d'une optique grand angle, sans trépied, car trop encombrant, Léo immortalise ce voyage d'un mois dans un pays avec "une diversité incroyable de peuples et de paysages".

Capture d’écran 2014-09-24 à 12.15.35

Capture d'écran du clip "Thousand Fires".

Du Nord autour de Sapa avec ces villages perdus dans les montagnes embrumées, en passant par Hanoï, capitale administrative du pays, moins développée économiquement que Ho Chi Minh Ville (ou Saïgon) où "des milliers de scooters, de marchands de rues et de taxis fusent dans tous les sens. Un chaos harmonieux"... Puis la Baie d'Ha-Long, l'incontournable carte postale du Vietnam, les villes historiques d'Hué et d'Hoi An, le delta du Mékong, etc.

De ce voyage, il revient avec 600 gigas de rushes qu'il compile dans une vidéo intitulée "Memories of Vietnam" bercée par les sons de Dark Lands Song, Pale War Gods et Thousand Fires, composés par Fakear lui-même.

Je suis tombé assez accro des sons de Fakear car je les trouve hyper oniriques et cinématiques à la fois, c’est-à-dire que chaque chanson a une atmosphère vraiment particulière, très imagée. J’ai monté la vidéo dans mon coin, et lorsque le montage était terminé, je l’ai envoyé à Théo.

Je n’espérais pas forcément de réponse, car on ne se connaissait pas. Il a vraiment accroché à l’ambiance, aux images, et m’a demandé si je serais partant pour transformer tout ça en clip. Grosse surprise, et grand plaisir donc. On est partis sur "Thousand Fires", car c’est celle qui résumait le mieux l’atmosphère générale des images.

De son côté, Théo, aka Fakear, a été séduit par la poésie des images de Léo : "Sa démarche est hyper désintéressée, il se fait juste plaisir !  Il y a ce plan magnifique avec l'enfant qui s'enfonce dans la mer et le ciel surréaliste. Évidemment, c'est un paysage qui crée de belles images, et Léo a réussi à sublimer ça de façon hyper humble... Oui c'est ça le bon mot. Il regarde les choses humblement !" Avant de conclure :

Cette chanson est un melting pot de plein de trucs... Je l'ai composée en Islande, ses samples sont africains, et son clip est tourné au Vietnam. C'est cool non ?